Production d’alevins de Tilapia : Un objectif d’un million d’alevins par mois sur les Hautes Terres

La coopération entre Madagascar et le Japon est au beau fixe. (Photo : Yvon Ram)
La coopération entre Madagascar et le Japon est au beau fixe. (Photo : Yvon Ram)

Le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche entreprend actuellement un ré-empoissonnement de tous les plans d’eaux continentales en commençant par les trois lacs à Itasy.

Le Japon est prêt à renforcer sa coopération avec Madagascar dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, grâce à la mise en œuvre prochainement de nouveaux projets via son agence qu’est le Fonds de Coopération d’Outre-Mer en pêcherie. A cet effet, un projet d’installation d’un centre de développement de la production d’alevins est prévu sur les Hautes Terres. L’objectif est de produire un million d’alevins par mois dans ces zones, plus précisément  à Itasy et à Ambatondrazaka. C’est ce qu’on a appris lors de la rencontre entre le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, François Gilbert, et l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, SEM Ichiro Ogasawara hier dans ses locaux à Ampandrianomby.

Ré-empoissonnement. Rappelons que le gouvernement japonais a déjà appuyé le ministère de tutelle lors de la mise en place d’un centre de développement de la production d’alevins à Mahajanga. « Ce projet a connu une réussite, car de nombreux producteurs d’alevins ont été formés. Il y a même un autre opérateur qui veut lancer une production de Tilapia à l’échelle industrielle. La consommation de poisson à Mahajanga s’élève à 27kg/personne/an. C’est pourquoi, nous voulons mettre le même projet à Itasy et à Ambatondrazaka car sur les Hautes Terres, cette consommation n’atteint que 2kg/personne/an. Le réseau de distribution des produits halieutiques devrait être en même temps amélioré. En fait, il faut tenir compte de la croissance démographique afin de lutter contre l’insécurité alimentaire », a expliqué le ministre François Gilbert.  Notons que dans la région Atsinanana, une entreprise Tilapia de l’Est produit actuellement près d’un million d’alevins de Tilapia par mois. De notre côté, « le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche entreprend depuis deux jours au ré-empoissonnement des plans d’eau continentale  répartis dans toutes les régions de l’île, en commençant par les trois lacs à Itasy. Des associations de pêcheurs villageois sur place s’engagent déjà à assurer la préservation de ces ressources durant cette période de fermeture de pêche », a-t-il enchaîné.

Conditions de travail. Par ailleurs, le ministre de la Pêche Gilbert François a reçu le Rapporteur des Nations Unies concernant le respect des Droits de l’homme et le Représentant du KfW. La première rencontre consiste à identifier les conditions de travail des pêcheurs marins employés par les entreprises de pêche industrielle. Par contre, le ministère de tutelle contribue à l’amélioration du niveau de vie des pêcheurs traditionnels en les formant et en les équipant de matériels adéquats entre autres. Et la seconde rencontre consiste à mener un projet de conciliation entre le développement et la conservation des ressources halieutiques dans les aires marines protégées.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.