Finances publiques: Un don de 65 millions USD de la Banque mondiale

Coralie Gevers, Country Manager de la Banque mondiale pour Madagascar.
Coralie Gevers, Country Manager de la Banque mondiale pour Madagascar.

Une bouffée d’oxygène pour l’économie malgache.  Le Conseil d’Administration de la Banque mondiale  a approuvé un don de 65 millions de dollars pour aider Madagascar à renforcer la stabilité de ses finances publiques et créer un climat des affaires plus favorable à l’investissement. Cet appui financier vise à soutenir une série de réformes entreprises par le gouvernement dans le cadre de son Plan national de développement, cela pour  renforcer son cadre budgétaire et le climat des investissements et poursuivre ainsi le développement du pays à travers une croissance inclusive et durable. Ce don servira notamment à appuyer les réformes destinées à élargir l’espace fiscal afin de permettre au gouvernement d’augmenter les investissements publics et la fourniture de services, tout en améliorant le climat des affaires pour favoriser l’investissement privé et stimuler la croissance économique. Ces réformes prévoient notamment d’améliorer le contrôle des régimes d’exonération douanière et de réduire les subventions inefficientes afin d’augmenter les recettes fiscales et d’orienter davantage les dépenses publiques en faveur des Malgaches les plus  pauvres.

« Plusieurs années d’instabilité politique et de faible gouvernance ont profondément affecté le cadre économique et budgétaire de Madagascar. La collecte d’impôts s’améliore progressivement, mais avec un taux de 10 % du PIB en 2015, Madagascar figure parmi les pays ayant les taux de pression fiscale les plus bas au monde », a souligné Coralie Gevers, représentant résident de la Banque mondiale à Madagascar. « Ce programme soutiendra le plan d’action du Gouvernement d’améliorer son espace fiscal et de favoriser un environnement durable pour la croissance, afin d’accroître l’investissement public, les dépenses sociales et avoir une meilleure fourniture des services publics ».  Ce financement de la Banque s’étalera sur deux ans  et la deuxième année sera consacrée au renforcement et à l’approfondissement des réformes dans les domaines de la gestion budgétaire et du climat des affaires.

Recueillis par R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Raison de plus pour arrêter les destabilisations, manifestations et grèves en tout genre… Cela ne profite qu’à une minorité, et le peuple, déjà souffrant de toute cette misère et ces crises incessantes, demeure le pion des manoeuvres politiques de certains en manque de sièges et de portefeuilles.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.