Développement responsable : Les investisseurs canadiens cités en exemple

Une petite entreprise fournissant des légumes à Ambatovy.
Une petite entreprise fournissant des légumes à Ambatovy.

Le  Canada figure parmi les premiers pays qui fournissent des investissements directs étrangers à Madagascar.

Francine Landry ministre du  Développement économique et responsable de la Francophonie du gouvernement du Nouveau-Brunswick l’a rappelé, hier lors d’un point de presse tenu au Café de la Gare. Elle a cité, sur ce point Rio Tinto partenaire de QMM et Sherritt qui opère avec Ambatovy. Deux géants canadiens qui apportent des milliards de dollars d’investissements et de recettes en devises.

Première place. Ambatovy, en particulier, tient la première place en matière d’investissements à Madagascar. Et la présence d’une importante délégation canadienne au Sommet de la Francophonie est une occasion  pour Ambatovy de démonter qu’elle fait sien le thème : « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone». En effet, Ambatovy a toujours su montrer le modèle d’un investissement responsable en matière de protection environnementale et d’engagement social.  Depuis son implantation à Madagascar,  Ambatovy a fait preuve d’entente avec les délégués du personnel  et une fois de plus,  elle se conformera aux engagements qui seront pris à l’issue du Sommet. Aussi bien durant le Sommet de la Francophonie que durant le Salon des Industries, Ambatovy est citée en exemple en matière de responsabilité sociétale. Les effets directs et induits de cette grande exploitation minière sont exemplaires. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Près de 1 600 tonnes de fruits et légumes achetés à plus de 3000 paysans en 2015, plus de 3 milliards de dollars, soit environ 9 000 milliards d’ariary de contrat concédés au secteur privé malgache depuis 2007. 

Contribution. Bref, la contribution d’Ambatovy pour la relance économique n’est pas négligeable. « Le nickel tient la place de premier produit d’exportation du pays, rapportant les 32% des recettes en devises du pays» explique Louis Roland-Gosselin, Vice-président en charge du Développement durable d’Ambatovy.  Grâce à la mise en place du programme ALBI (Ambatovy Local Business Initiative), Ambatovy a collaboré en 2015 avec 650 petites et moyennes entreprises de la région, développant ainsi le tissu économique local par la création de milliers d’emplois en plus des 7 000 emplois directs et indirects au sein de la compagnie.
Les revenus fiscaux engendrés par l’exploitation du nickel et du cobalt par Ambatovy sont estimés à 4,5 milliards de dollars durant la durée de vie de la mine. En outre, Ambatovy a mis en place en 2012 un Fonds d’investissement social de 25 millions de dollars pour financer des projets sociaux et d’infrastructures dans ses régions d’implantation. Ce fonds a permis le financement de 17 projets sociaux comme par exemple la rénovation des ateliers du Lycée technique à Toamasina. 

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.