Secteur privé : Les investisseurs français toujours disposés à investir sur le long terme


Jacaranda

Le Sénateur français Olivier Cadi a été reçu en audience hier par le ministre de l’industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine.

Les investisseurs français prennent une grande part parmi les détenteurs d’investissements directs étrangers qui ont annoncé des financements lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI)

La France demeure encore et toujours le premier partenaire économique de Madagascar. Olivier Cadic Sénateur des Français établis hors de France et vice-Président de la délégation Entreprise du Sénat français l’a réitéré, hier, en marge de sa rencontre avec le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine. Une occasion pour cet élu français de réitérer la disposition des investisseurs français à renforcer leur présence à Madagascar. « Pour les entreprises françaises, la pratique est d’investir sur le long terme et ce, en partenariat avec les entreprises malgaches » a-t-il notamment déclaré. Avant d’ajouter que l’essentiel n’est pas, pour ces entreprises françaises de gagner de l’argent et de partir par la suite, mais plutôt de s’établir pour le long terme afin de contribuer efficacement au développement de Madagascar. A noter que durant son séjour à Madagascar, le Sénateur Olivier Cadic a eu l’occasion de se déplacer à Fort-Dauphin où il a eu l’occasion de visiter des entreprises françaises.

Environnement des affaires

Le ministre Chabani Nourdine qui est justement originaire de Fort-Dauphin a rappelé, à cette occasion l’importance des investissements français à Madagascar. Il a saisi l’occasion pour rappeler les dispositions prises par son département pour améliorer l’environnement des affaires à Madagascar. Non sans demander à la partie française d’en faire autant pour les entreprises malgaches qui font des affaires en France. Et ce, notamment en demandant la facilitation de l’obtention de visa, pour le voyage en France des entrepreneurs malgaches. Une manière en somme pour Chabani Nourdine, un ministre doublé d’un opérateur économique de défendre la cause des entreprises malgaches. Et ce, en renforçant notamment les partenariats qui vont se développer davantage depuis la conférence des bailleurs et des investisseurs où les entreprises françaises ont pris une grande part. « L’année 2017 sera celle de la concrétisation des engagements pris lors de la CBI et mon département est là pour accompagner toutes les bonnes initiatives » a-t-il déclaré.

Acteur majeur

Pour en revenir à la présence économique française à Madagascar, la France demeure encore un acteur majeur à Madagascar, puisque l’ancienne puissance coloniale est de premier partenaire commercial avec 727 millions d’euros d’échanges en 2015 ; le premier client (15,2% des exportations malgaches en 2015) ; le 2e fournisseur (10,3% de part de marché), derrière la Chine (24,8%) ; 3e investisseur en stock d’IDE avec 15,3% en 2014, derrière le Canada (21,6%), et le Royaume-Uni (17%) ; le premier bailleur de fonds bilatéral, à travers l’AFD ; et enfin le premier pays de provenance des touristes à Madagascar (52% des arrivées en 2014), devant l’Italie (20%). En 2015, les importations françaises de produits malgaches s’élèvent à 401,7 millions d’euros : textiles (38,1%), produits agricoles, sylvicoles, pêche (24,2% – vanille, girofle, cacao, café vert, poivre, crevettes), et les produits des industries agroalimentaires (22,4%). Les exportations de produits français représentent 325,1 millions d’euros : textiles (25,3%), équipements mécaniques (19,5%), transports (18,6%), produits agroalimentaires (8,6%). En 2015, Madagascar est le 13e marché pour la France en Afrique subsaharienne.

Anciens

Selon le site France Diplomatie, les intérêts français sont anciens et couvrent à Madagascar des secteurs variés : services financiers (Société générale, BPCE, Allianz), téléphonie (Orange Camusat), les biens de consommation (Castel, Casino, Canal Sat), la distribution de carburants et de gaz (Total, Air Liquide), BTP et immobilier, transports (Air France, Air Austral, Corsair, Bolloré), tourisme et services. Il existe 170 filiales, dont huit entreprises du CAC 40 (Air Liquide, Bouygues, Lafarge Holcim, Orange, Société générale, Total, Vinci, Vivendi). Plus d’un millier d’entreprises à capitaux français sont installées à Madagascar.

Recueillis par R.Edmond


Share This Post