Impôts et taxes : Déclarations et paiements par téléphone mobile à partir de mars 2017


Jacaranda

Les centres fiscaux les plus performants ont reçu des distinctions honorifiques, lors du Colloque d’hier.

Les recettes fiscales réalisées par la Direction Générale des Impôts (DGI), durant l’année 2016, ont atteint 1954,34 milliards d’Ariary, ce qui représente 101,87% des prévisions. La performance en 2017 sera encore améliorée, selon l’Administration fiscale.

Rétablir la confiance mutuelle entre le fisc et les contribuables ! C’est la stratégie adoptée par la DGI, et qui lui a permis d’avoir un surplus de recettes de 35 milliards d’Ariary, par rapport aux prévisions de l’année dernière. Cette réalisation a été présentée hier, à l’ouverture du Colloque national de la Direction générale des impôts qui s’est tenu au Lion d’Or à Anosy Avaratra. Les objectifs pour cette année 2017, les nouvelles procédures et réglementations apportées par la loi de finances rectificative 2016 et la loi de finances initiale 2017 ont été au centre des discussions. « Plusieurs améliorations ont déjà porté leurs fruits, l’année dernière. On peut citer, entre autres, l’accélération et l’effectivité des remboursements de crédits de TVA ; le renforcement de la qualité de contrôles fiscaux; les actions d’assainissement ; les efforts dans la communication, malgré le budget serré dans ce cadre ; les formations pour l’amélioration de compétences et la dotation en matériels pour améliorer la qualité des services ; etc. C’est l’ensemble de ces actions qui a permis d’avoir de bonnes réalisations et nous nous engageons envers les dirigeants et les contribuables en affiémant que ces efforts se poursuivront pour de meilleures performances en 2017 », a déclaré le DG des Impôts, Iouri Garisse Razafindrakoto, lors du Colloque de la DGI d’hier.

Efficacité. En effet, l’amélioration des traitements de remboursement de crédit TVA a permis d’instruire 92,59% des demandes, soit 2037 demandes instruites sur les 2200 reçues. Dans ce cadre, 88,83% des montants sont accordés sur ceux demandés. Par ailleurs, l’analyse de risques a permis à la DGI d’identifier les cas suspects et de concentrer les contrôles fiscaux sur ces cas, afin que les autres contribuables ne se sentent pas harcelés avec des contrôles systématiques. L’élargissement de l’assiette fiscale figure également parmi les grands objectifs de la DGI. Dans ce cadre, le recensement des activités par géolocalisation a permis d’identifier 14.236 agents économiques œuvrant dans l’informel et de recenser 611 locaux immobiliers, dont 342 non répertoriés dans les bases de données de l’Administration fiscale. Les caisses enregistreuses ont également donné de bons résultats, d’après les informations présentées.

Réformes. Pour cette année, les facilitations des procédures d’acquittement des impôts par les contribuables se poursuivront, d’après le DG des impôts. De son côté, le secrétaire général du Ministère des Finances et du Budget, Alexandre Randrianasolo a noté que les contrats de performances seront également lancés au niveau de l’Administration fiscale, après leur grand succès dans l’Administration douanière. « Le DG des impôts sera le premier à signer ce contrat de performance, ensuite suivra les autres agents auprès du fisc. Nous allons poursuivre les réformes déjà entreprises et qui ont déjà été efficientes. Tout cela doit avoir des résultats concrets au niveau des réalisations. Il y aura par exemple la poursuite des recensements, le renforcement de la collaboration entre la DGI et la Direction générale des douanes, l’exploitation des données du SAMIFIN (Service de renseignements financiers), etc. Comme le préconise le ministre Gervais Rakotoarimanana, il faut au sein des différents services de ce département le respect, la rigueur, l’intégrité et la transparence », a noté le SG du Ministère dans son discours. Parmi les améliorations figurent également le lancement de la télé-déclaration et du télé-paiement, qui est prévu en mars prochain. Jusqu’ici, ce sont les grandes entreprises qui peuvent opter pour cette démarche, sur la plateforme du fisc sur Internet. Pour cette fois, même les petits contribuables pourront déclarer et payer leurs impôts et taxes à l’aide de la téléphonie mobile. D’après le DG des impôts, les premiers essais se feront à Antananarivo pendant quelques semaines et seront par la suite déployés dans les autres régions.

Antsa R.


Share This Post