Ministère des Mines : Des réformes entamées pour développer le secteur extractif


Jacaranda

Le ministre Zafilahy Ying Vah veut formaliser le secteur minier.

« Secteur extractif, secteur pourvoyeur de ressources ». Tel est le leitmotiv du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole. « Pour atteindre cet objectif ambitieux, des réformes doivent être entamées », a expliqué le ministre de tutelle, Zafilahy Ying Vah, lors de la présentation de vœux de son département hier à l’Espace Fenitra à Iavoloha.  Il s’agit notamment de la formalisation du secteur tout en professionnalisant les petits exploitants miniers. L’amélioration du code minier et du code pétrolier constitue également une autre étape afin de s’adapter au contexte actuel.

Retombées économiques.  « Le code actuel prévoit entre autres, que le premier venu est le premier servi sans tenir compte de la capacité technique et financière du demandeur. Ce qui favorise la spéculation des permis miniers. Quant au code pétrolier, cela a été conçu durant la période d’exploration alors qu’on est maintenant en phase d’exploitation », a-t-il évoqué. Et cette année, le ministère en charge des Mines et du Pétrole prévoit de renforcer le contrôle surtout du secteur minier afin de lutter contre les trafics aurifères et de pierres précieuses. En fait, les volumes d’exportation d’or de Mali et de Burkina Faso étaient respectivement de 49 tonnes en 2014 et de 24 tonnes par an en 2016 alors qu’à Madagascar, seuls 500kg d’or exportés ont été déclarés. Ilakaka est aussi la première grande exploitation de pierres précieuses à ciel ouvert dans le monde mais c’est dominé par l’exploitation illicite. En dépit de tout cela, « la formalisation du secteur informel n’est qu’une étape, l’objectif est qu’il y ait des retombées économiques positives pour la population locale et partant pour le pays », a fait savoir le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.  

Secteur transversal. Parlant du renforcement des contrôles des activités minières, des Bureaux d’Administration Minières seront installés dans les zones d’exploitation, à part l’implantation de la police des mines dans les carrières minières afin de maîtriser les ruées. « Ces ruées vers les gisements constituent un secteur transversal, impliquant plusieurs départements ministériels dont entre autres, les Mines, l’Aménagement du Territoire, l’Environnement, le Budget, la Défense et la Gendarmerie », a-t-il conclu.

Navalona R.


Share This Post