New Tech : Transfert de technologies Pour la fabrication de médicaments

Le soleil. La Déclaration de Doha autorise les pays en voie de développement à utiliser les brevets des firmes pharmaceutiques pour fabriquer des médicaments. Cette flexibilité est une chance pour relancer la fabrication des médicaments en Afrique Subsaharienne. Une rencontre s’ouvre, cette semaine, à Dakar, pour saisir les opportunités de cette disposition. L’augmentation de la production des médicaments dans des pays en développement passe par le transfert des technologies. Un atelier sous-régional se tient actuellement, à Dakar, pour inciter les États à exploiter cette opportunité. Les participants vont réfléchir sur comment explorer cette opportunité qui est, en réalité, une obligation si l’on se réfère à la Déclaration de Doha relative aux Aspects de droits de propriété intellectuelle qui touche au commerce. « Une des dispositions de la Déclaration de Doha indique que les pays en voie de développement peuvent utiliser les brevets sans l’autorisation des firmes qui les ont inventés. Il est prévu que des pays développés accompagnent ceux en voie de développement », a expliqué un conseiller juridique de l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (Aspit).

Implantations. Rappelons que les États membres de l’OMC ont adopté à l’unanimité la Déclaration de Doha depuis 2001. Le transfert des technologies entraînera la création d’entreprises et d’emplois et va induire une baisse des prix des médicaments dans les pays les moins avancés. « Le transfert des technologies contribuera à la baisse des prix des médicaments et aidera les pays en voie de développement à atteindre leurs objectifs en matière de politique de santé », a argumenté la directrice de Yolse, Safiétou Diaz. Cependant, l’utilisation des brevets suppose des préalables. Il est nécessaire de créer un environnement favorable à la production des médicaments. « Le transfert des technologies suppose, dans les États d’accueil, qu’il y ait suffisamment de ressources humaines formées capables de les utiliser. Donc, nous avons besoin de former des spécialistes dans le domaine de la pharmacie », a prévenu Mme Diaz. Par ailleurs, d’après le directeur général de l’Aspit, Makhtar Dia, les pays de l’Afrique Subsaharienne gagneraient à saisir cette opportunité pour relancer la fabrication des médicaments et réduire les importations qui leur coûtent cher.

Recueillis par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.