Forum économique de Diana : Le secteur privé réclame des résultats à l’Etat


Le Forum économique de Diana se tient les 26 et 27 avril 2017 à Antsiranana.

La relance économique commence à démarrer dans le Nord. Mais les opérateurs évoquent toujours des difficultés liées au mauvais climat des affaires, faute d’infrastructures, de sécurité publique et d’accès au financement.

 Les représentants du secteur privé ne mâchent pas les mots durant le Forum économique qui se tient depuis hier au Grand Hôtel à Antsiranana. Pour ces derniers, les infrastructures constituent le fondement du développement économique, dans la mesure où elles ont un impact direct sur les coûts de production des entreprises et déterminent la facilité de l’accès aux marchés. Pour le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Diana, MZE Said, certains problèmes doivent être réglés avec l’Etat, pour réussir un essor économique, notamment les problèmes liés aux infrastructures, à la qualité des produits et à l’accès aux financements des projets productifs. « C’est pour cette raison que nous avons organisé ce forum économique, en marge du dialogue politique qui se tient dans cette ville du Nord. Nous allons émettre nos suggestions et demander la part de contribution de l’Etat et des partenaires techniques et financiers, pour lever les blocages de la croissance économique » a-t-il affirmé.

Potentialités. A noter que parmi les partenaires, l’Union européenne est déjà très active, avec son projet PROCOM (Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale) qui s’étale sur cinq ans avec un financement de 8 millions d’Euros. « Les objectifs du programme coïncident avec ceux de ce Forum économique. C’est pour cela que nous appuyons le Patronat et la Chambre de commerce et d’industrie, dans ce cadre. Nous avons déjà identifié plusieurs partenaires », a indiqué Dominique Bourgault, coordonnatrice du Programme PROCOM.  En effet, les opérateurs économiques de la région Diana soutiennent que de nombreuses potentialités sont à exploiter dans le Nord, raison pour laquelle, la région figure parmi les zones d’intervention ciblées par l’Union européenne. Pour le président du Groupement d’opérateurs de la Diana,  Jacques Zegny, la relance économique exige une stabilité politique et un environnement des affaires favorable. « Il y a une part de responsabilité de l’Etat, si l’on ne cite que la sécurité publique et les infrastructures routières qui sont encore très mauvaises dans cette région, malgré les nombreuses éditions du Forum économique, organisées depuis 1995. Cette fois, il faut du concret », a avancé le président du Groupement.  Bref,  les discussions entre les différentes parties concernées se poursuivent encore ce jour. Des résolutions sont attendues, à l’issue de ce Forum économique.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.