Industrie : Un projet d’investissements de 75 millions de dollars de Bakrhesa Group

Le ministre Chabani Nourdine avec le chef de la délégation du groupe Bakrhesa.

Grace aux efforts menés par le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur privé (MIDSP), Madagascar devient de plus en plus un pays attractif pour les investissements directs étrangers.

Un bon résultat. C’est ce que l’on peut dire de la performance actuelle du MIDSP. Une performance qui se confirme par les chiffres puisque depuis le début de l’année, on a enregistré une croissance de 9,6% de l’arrivée des investisseurs étrangers. « C’est le résultat de la politique de développement industriel menée par le gouvernement en général et notre département en particulier » a expliqué le ministre Chabani Nourdine. C’était hier à l’issue de l’entretien qu’il a eu avec une délégation du groupe Bakrhesa, un conglomérat industriel basé en Afrique de l’Est et dirigé par le milliardaire tanzanien Said Salim Bakrhesa. La venue de ce groupe en terre malgache résulte d’ailleurs des actions de promotion de Madagascar, en tant que destination industrielle, menée par le MIDSP.

Avantages comparatifs. « Le groupe Bakrehsa est convaincu des avantages comparatifs de Madagascar en termes d’investissements directs étrangers » selon toujours le ministre Chabani Nourdine. Une détermination qui se traduit d’ailleurs, par les actes puisque Bakrhesa Group est venu à Madagascar. Il a en effet dans son portefeuille un projet d’investissements de 75 millions de dollars pour la création d’une minoterie à Mahajanga. Les travaux préparatifs de ce projet qui créera beaucoup d’emplois débuteront d’ici peu et comporteront notamment un aménagement du port de Mahajanga pour l’exportation de la farine qui sera produite en grande quantité. En principe, l’usine sera opérationnelle en 2018. Mais Bakrehsa n’en restera pas là puisque le groupe prévoit également d’investir dans l’agriculture à grande échelle. Et probablement d’autres secteurs puisque ce groupe africain est connu pour la multitude d’activités exercées dans plusieurs pays africains dont la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda, le Malawi, le Mozambique, le Rwanda, le Burundi et le Zimbabwe. Les filiales du groupe qui emploient plus de 8 000 personnes opèrent notamment dans le secteur des aliments et des boissons, de l’emballage, de la logistique, des services de passagers maritimes, du pétrole et du divertissement.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.