SOMIA : Une exploitation rizicole sur plus de 200 ha à Mangabe

Jacaranda

La relance des activités de SOMIA contribue au développement économique tant au niveau local que national.

 La Société Malgache d’Industrie et d’Agriculture (SOMIA) a pu récupérer par voie judiciaire ses terrains qui sont titrés en son nom dans la commune rurale de Mangabe, district de Maevatanàna, occupés par des squatters pendant un certain temps. « Notre objectif a été atteint cette année car nous avons pu exploiter une superficie de plus de 200ha de riz. Notre finalité étant la production de riz pluvial en utilisant les techniques modernes de mécanisation. Toutefois, les conditions climatiques n’ont pas été favorables pour cette première campagne de production. Outre la faible pluviométrie, les criquets ont ravagé presque la moitié de la récolte », a expliqué Raminosoa Samuel, le chef d’exploitation de SOMIA lors de la première moisson la semaine dernière.

Rémunérations incitatives. En dépit de tout cela, la relance des activités de SOMIA contribue au développement économique tant au niveau local que national. En effet, la société utilise de la main d’œuvre locale à part la mécanisation agricole afin d’atténuer les impacts négatifs de la sécheresse sur les ménages ruraux. A titre d’illustration, plus de 120 récolteurs issus de plusieurs régions, dont entre autres, la région de Mangabe composée d’ anciens squatters et de la main-d’œuvre des communes environnantes (Fandriana, Mampikony, Manerinerina et Ambondromamy),ont été recrutés lors de cette première campagne, à part les nouveaux salariés qui travaillent à titre permanent. « Les rémunérations de SOMIA sont plus incitatives car nous gagnons 160 000 Ariary/ha en effectuant la coupe et la mise en meule de la récolte. Nous touchons de l’argent chaque semaine à Mangabe, contrairement aux autres régions productrices de riz comme Ambatondrazaka, où nous ne percevons nos salaires qu’après chaque campagne », a témoigné Andrianarivo Gaston, un paysan en provenance de Fandriana. La SOMIA a dû sortir de la commune de Mangabe pour recruter des ouvriers agricoles du fait de leur insuffisance sur place.

Pompages d’eau. En revenant sur l’exploitation rizicole, six variétés de semences améliorées ont été utilisées, et ce, en partenariat avec le Centre National de Recherche Appliquée au Développement Rural (FOFIFA). Il s’agit des variétés « Tsiresindrano », IR 38, hybride, « Tsipala A » et « Sebota 361 ». « Nous souhaitons être, à terme, auto-suffisants en semences pour toutes les fermes de SOMIA. Mais les critères n’ont pas été remplis pour cette première année de production en raison des problèmes d’insuffisances de pluviométries et de l’invasion acridienne. Toutefois, nous sommes optimistes pour la prochaine campagne rizicole en réalisant une extension de notre exploitation et en améliorant nos méthodes de travail. D’ailleurs cette recherche d’amélioration continue de nos pratiques fait partie des valeurs internes dans l’entreprise, nous y sommes attachés » a conclu Innocent Razakatiana, chef de ferme de SOMIA à Mangabe. Des mesures sont également prévues pour faire face à une éventuelle invasion acridienne.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.