Développement rural : Imprégnation des stagiaires de l’ESDES

Ces stagiaires sont déjà opérationnels même s’ils sont encore en phase d’études.

Après la collecte des données, ces stagiaires effectueront des analyses des modes de vie des ménages ruraux afin de contribuer au développement du monde rural.

Comme son nom l’indique, l’ONG ACDM (Action Concrète pour le Développement de Madagascar) œuvre pour le développement socio-économique dans le monde rural, en collaborant avec l’Ecole Supérieure de Développement Economique et Social (ES-DES). En fait, « une trentaine d’étudiants de cette école de développement ont effectué des stages pratiques pendant quarante jours dans les zones d’intervention du projet FID, notre partenaire. L’objectif étant l’imprégnation de ces stagiaires dans le monde rural pour qu’ils puissent faire face au développement du secteur agricole », a expliqué  Hanitriniaina Eléa Chilo, la présidente de l’ONG ACDM, qui plus est la directrice de l’ES-DES, lors de la remise des attestations aux étudiants de l’ES-DES ayant terminé leurs stages, vendredi dernier à l’Espace Dera à Tsiadana.

Ménages vulnérables. Durant leurs stages pratiques, ces étudiants ont été placés dans onze fokontany des communes rurales d’Ambohimandroso et d’Ampitatafika dans la région du Vakinankaratra. « Ils y ont effectué des collectes de données tout en analysant les modes de vie des ménages ruraux. A l’issue de leurs stages, ils établissent un rapport. Ces stages pratiques leur permettront de faciliter à entrer dans le monde du travail », a-t-elle souligné. Il faut savoir que ces étudiants sont en 2e année et issus des filières Travail Social, Economie et Gestion de l’école ES-DES. Dans le cadre de leur imprégnation du monde rural, Ravaka Randrianomanana, étudiante en 2e Année Gestion, a entre autres, témoigné qu’elle a enquêté auprès de sept ménages ruraux par jour. « La plupart des ménages sont tellement vulnérables. En effet, ils cultivent notamment du riz irrigué alors que leur production est en baisse. Et chaque ménage est constitué d’une famille nombreuse. Cependant, la majorité de leurs enfants ont abandonné l’école au niveau primaire ou secondaire tout au plus faute de moyens des parents de les scolariser dans un lycée qui est implanté dans d’autres communes riveraines », a-t-elle expliqué.

Micro-entreprise. Par ailleurs, certains ménages disposent d’une micro-entreprise rurale. Il s’agit entre autres, d’une unité de transformation de tabac servant à produire du tabac à chiquer ainsi que d’une unité de transformation d’os pour fabriquer des engrais. « La première a pu se développer compte tenu du fait qu’elle détient encore le monopole dans le secteur tandis que la seconde ne constitue qu’une activité secondaire pour le propriétaire puisque ce n’est pas rentable. Mais dans la plupart des cas, les ménages ruraux sont tous des exploitants agricoles », a-t-elle expliqué. Après la collecte des données, ces stagiaires effectueront des analyses afin de contribuer au développement du monde rural.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.