Banque mondiale: 1,3 milliard USD pour huit changements majeurs

Madagascar doit pouvoir sortir du cercle vicieux de la pauvreté, grâce à l’amélioration de la résilience, la réduction de la fragilité et la promotion d’une croissance inclusive.

 

Si l’on se réfère aux années passées, une forte potentialité de croissance économique est constatée à Madagascar, en période de stabilité. C’est ce qu’a affirmé Coralie Gevers, Country manager de la Banque mondiale à Madagascar, lors de la présentation officielle du Cadre de Partenariat Pays (CPP), qui s’est tenue hier au « Plan » Anosy. En effet, ce document CPP est celui approuvé par le Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale, le 27 juin dernier, et qui bénéficie d’un financement de 1,3 milliard USD pour la période 2017-2021. Elaboré en consultation avec le Gouvernement et d’autres parties prenantes et aligné sur le Plan National de Développement, le CPP, vise à aider Madagascar à accroître la résilience des personnes les plus vulnérables à favoriser une croissance inclusive, et à mobiliser d’importants investissements privés pour le développement, tout en renforçant les institutions nationales et locales afin de réduire la fragilité.

Objectifs. Le financement attribué à ce Programme s’inscrit dans le cadre des engagements annoncés lors de la Conférence des Bailleurs de fonds et Investisseurs en décembre 2016 à Paris, pour soutenir des réformes et permettre des interventions à impact élevé dans les domaines du développement humain, de l’agriculture résiliente, de l’inclusion financière et de l’énergie. Parmi les actions prévues dans le CPP figurent le renforcement du développement humain des enfants ; l’amélioration de la résilience des moyens de subsistance des ménages vulnérables dans les zones rurales et urbaines ; la décentralisation améliorée et efficace ; le renforcement de la transparence et de la redevabilité ; l’augmentation de la capacité fiscale à financer les dépenses sociales et les infrastructures prioritaires ; l’amélioration de l’environnement des affaires et l’accès au financement ; le renforcement de la productivité rurale ; et l’amélioration de l’accès à l’énergie et au transport.

 

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Beaucoup de concepts creux, de phrases vides mais pompeuses permettront à cette mange financière de s’envoler dans quelques poches obscures au vu de tous….soyez bien sage et le joueur de bonneteau après les belles paroles fera disparaître l’argent espéré.. sacré coquin bonimenteur…

Poster un commentaire