Douanes : Poursuite du dialogue avec le secteur privé pour la lutte contre la corruption

Les douanes et le secteur privé multiplient les rencontres.

L’administration des douanes poursuit le dialogue avec les entreprises pour offrir de meilleurs services et renforcer la mise en place d’un système efficace de dédouanement.

« Lutte contre la corruption par un partenariat entre les douanes et les entreprises ». Tel a été le thème de la table ronde organisée vendredi dernier conjointement par la Direction générale des douanes et les groupements d’entreprises,  à savoir : le SIM, le GEM, le GPCAD, le GEFP, le GOPTM et l’ATPSM.

Efforts et réformes. Présidée par  le  Directeur Général des douanes Eric Narivony Rabenja, cette réunion qui a vu  la présence des Présidents des groupements patronaux était l’occasion pour l’administration  douanière d’exposer les efforts et les réformes entreprises par les douanes dans la lutte contre la corruption, plus particulièrement,  le contrat de performance dont la mise en place a permis une amélioration très significative du délai de dédouanement au port de Toamasina ; ou encore l’engagement  sur l’éthique signé publiquement par le staff des  douanes qui a également fait une présentation de l’Observatoire du Délai de Dédouanement. Il s’agit de la détection des problèmes dans le  processus de dédouanement des marchandises, de déterminer la nature de ces difficultés  et leurs origines en vue  de mettre en place les éventuelles  corrections.  En somme, l’objectif est de parvenir à  un processus de dédouanement rapide, transparent et efficace. Et surtout exempt de toutes formes de fraudes et de corruption.

Concurrence déloyale. Sur ce point d’ailleurs, le Président du SIM Fredy Rajaonera a déclaré que pour le secteur privé, la lutte contre la corruption, c’est avant tout un combat contre la concurrence déloyale. « La  concurrence déloyale  peut se manifester sous diverses formes en termes de fraudes douanières : entrée illicite, fausse déclaration, non- respect des normes en vigueur et réalisation de ventes sans factures », a-t-il expliqué. Une manière d’interpeller l’administration sur le fait que la Direction Générale des douanes doive prêter main forte au secteur privé pour lutter contre ces tares, car l’administration est le maillon fort de la chaîne de la relance économique du pays.

Tapis rouge. La seconde partie de cet événement consistait à discuter des questions et remarques des usagers sur les opérations de dédouanement au sein du bureau des douanes Antanimena 11AN, notamment la procédure prise en charge, le circuit rouge… A l’issue de la table ronde, le Directeur Général  des Douanes a tenu à conclure que l’administration s’engage à dérouler le tapis rouge au commerce licite à travers des efforts continus pour améliorer la facilitation et l’accélération des opérations de dédouanement à Madagascar, et que d’autres projets sont également en cours de réalisation par la Direction Générale. Pour ne citer, entre autres que  le renforcement des ressources humaines par les agents nouvellement recrutés par voie de concours, la mise en place du club dela réforme dont les actions consisteront surtout à aborder des thèmes sur la modernisation de l’administration et la gestion efficace des ressources humaines.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire