Téléphonie mobile : 10% des cartes SIM suspendus pour non identification des utilisateurs


Jacaranda
Banky Foiben'i Madagasikara
Les utilisateurs des cartes SIM aujourd’hui opérationnelles sont tous identifiés, selon l’ARTEC.

L’ARTEC a effectué des contrôles d’identification de cartes SIM, auprès des operateurs en téléphonie mobile. Les lignes des utilisateurs non enregistrés ont immédiatement été suspendues.

 100% des clients actifs sur les réseaux mobiles sont désormais enregistrés. Cela fait suite  à la poursuite des actions d’assainissement du secteur des télécommunications menées par l’ARTEC (Autorité de Régulation des Technologies de Communication). Après les contrôles d’identification des cartes SIM, effectués auprès des opérateurs en téléphonie les 22 et 23 novembre derniers, tous les clients actifs sur les réseaux sont désormais enregistrés. Avant d’arriver à ce résultat, les opérateurs ont sensibilisé leurs clients à fournir leurs identités. Après cette campagne, les cartes SIM dont les utilisateurs ne sont toujours pas identifiés ont été suspendues. « Ces clients qui étaient dans la base de données des opérateurs, mais qui n’ont pas pu être identifiés représentent 10% du parc global des opérateurs. Leurs cartes SIM ont  été suspendues », a affirmé Brillant Rakotoratsimanjefy, directeur de la Régulation des Marchés et la Sécurisation des Réseaux  de l’ARTEC. En effet, cet enregistrement obligatoire des utilisateurs de cartes SIM est exigé par le MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique) et l’ARTEC, pour de multiples raisons. « A part la traçabilité  personnalisée de toutes les transactions au niveau d’un réseau mobile, le principal objectif est d’ordre sécuritaire. En effet, l’identification des SIM permet  d’accélérer les investigations en cas de crimes, délits ou préjudices  perpétrés (Braquage divers, Kidnapping, terrorisme, etc.). C’est la contribution du secteur des télécommunications dans le renforcement de la sécurité de chaque individu sur le territoire Malagasy », a indiqué le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy. Selon ses dires,  toutes les transactions et communication via le réseau mobile doivent désormais être tractables et localisables, pour faciliter les investigations.

Inopinés. Les contrôles se sont déroulés sans problème, jusqu’ici, grâce à la bonne coopération des opérateurs, d’après les techniciens au sein de l’ARTEC. Ces contrôles d’identification des cartes SIM, qui s’opèrent de manière inopinée, se poursuivront pour les prochaines années, selon les informations fournies. Dans ce cadre, l’autorité de régulation a déjà évoqué le renforcement des contrôles de vérification de la cohérence des données dans les enregistrements, afin d’assurer la véracité des informations dans les bases de données des opérateurs. Dans l’optique de renforcer la sécurité nationale et la garantie des recettes douanières, la mise en place de dispositif de contrôle des IMEI est également  en cours de réflexion. Cela, afin de renforcer davantage les mécanismes de sécurités et de limiter les vols  des mobiles, la vente  des téléphones volés, ou les autres ventes illicites. Bref, avec ces actions d’assainissement, l’étau se resserre petit à petit pour les malfaiteurs.

Antsa R.


Share This Post

Post Comment