« Codex Alimentarius » : Renforcement de capacité pour le Comité national malgache

Jacaranda
Josielle Rafidy (au milieu) Secrétaire Générale du ministère du Commerce et de la Consommation a ouvert officiellement cet atelier sur le Codex.

Le « Codex Alimentarius » est un programme commun de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Membre du « Codex alimentarius » depuis 1966, Madagascar n’a eu son Comité national qu’en 2006. Ce Comité avait commencé à travailler, mais les événements de 2009, l’a mis en veille. Depuis le retour à l’ordre constitutionnel, le gouvernement a de nouveau travaillé sur le dossier. Avec des résultats plutôt encourageants, puisque Madagascar a pu bénéficier du fonds fiduciaire 2 destiné à financer les activités du Comité National Codex Alimentarius (CNCA).

Double importance

C’est dans ce contexte d’ailleurs que le ministère du Commerce et de la Consommation organise l’atelier de renforcement de capacité des membres du CNCA qui s’est déroulé, hier dans l’enceinte de New Print à Ankorondrano. Une occasion pour ces membres qui représentent les associations de consommateurs et les différents ministères techniques dont celui du Commerce et de la Consommation de se familiariser davantage avec les principes du « Codex Alimentarius ». « Les normes alimentaires revêtent une double importance, car non seulement, elles contribuent à la sécurité alimentaire pour les consommateurs, mais elles   rassurent également les importateurs sur la conformité des aliments aux normes internationales » a expliqué Josielle Rafidy, Secrétaire Général du ministère du Commerce et de la Consommation, lors de l’ouverture de l’atelier d’hier.

Mécanisme de développement

Un atelier dirigé par Awilo Ochieng Past-Président du « Codex Alimentarius ». Cette dernière a également tenu à insister sur l’importance primordiale des normes alimentaires qui constituent selon elle, « un mécanisme extraordinaire de développement économique et social ». Faut-il en effet préciser que le commerce des denrées alimentaires représente des milliers de dollars de chiffres d’affaires par an et des milliards de tonnes d’aliments produits, transportés et mis sur le marché. « Madagascar ne doit pas être en reste dans les efforts de conformité des produits alimentaires aux normes alimentaires, et cet atelier de renforcement de capacité arrive à point nommé » a expliqué le ministre Chabani Nourdine.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.