Partenariat stratégique : Air Austral avantagé, Air Madagascar et les fournisseurs sacrifiés

Jacaranda

Dans ce partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral, les fournisseurs de la compagnie aérienne nationale font office de vache à lait.

Les entreprises malgaches sont-elles faites pour avantager Air Austral, une compagnie aérienne régionale ? C’est la question que se posent les observateurs en se référant à la demande de l’Etat malgache et d’Air Madagascar adressée aux fournisseurs de cette dernière d’abandonner 30% de leurs créances. « Ce que nous venons vous demander aujourd’hui, c’est un abandon de créances de 30% » lit-on notamment dans une lettre adressée par Air Madagascar, à ses fournisseurs, en date du 17 novembre 2017. Pour rappel, cette « exigence » qui s’apparente apparemment à un esclavage économique à l’encontre des entreprises malgaches fournisseurs d’Air Madagascar fait suite au partenariat stratégique entre les deux compagnies malgache et réunionnaise.

L’argent du beurre . Un partenariat où Air Austral veut avant tout le beurre et l’argent du beurre. En effet, la compagnie régionale réunionnaise prend l’actif et laisse aux autres le passif. Comme on le sait, dans le cadre de cet accord, « L’Etat de Madagascar s’est engagé à prendre en charge le passif de la compagnie après prise en compte d’un effort d’au moins 30% de la part des créanciers d’Air Madagascar ». Ce qui veut tout simplement dire qu’il appartient aux autres et non à Air Austral de faire des efforts. Les autres, ce sont avant tout les contribuables, puisque les dettes d’Air Madagascar seront payées sur les recettes fiscales. Les autres, ce sont aussi les créanciers d’Air Madagascar qui vont donc sacrifier 30% de leurs créances. Ce qui représente probablement des dizaines et des dizaines de milliards d’ariary à abandonner.

Conditions suspensives. La question qui se pose est en tout cas de savoir pourquoi l’Etat a accepté de telles conditionnalités qualifiées de « conditions suspensives » mises par Air Austral avant son entrée dans le capital d’Air Madagascar. En effet, sans garantir un redressement rapide d’Air Madagascar qui continue d’accumuler les difficultés, le partenariat stratégique en question ne fait pour le moment que nuire aux intérêts des fournisseurs de la compagnie aérienne nationale. Outre l’abandon de 30% de leurs créances, ces fournisseurs ne seront pas payés intégralement et immédiatement. « Le solde des créances ferait alors l’objet d’un moratoire jusqu’au 28 février 2018, puis d’un étalement sur 12 mois entre le 1er mars 2018 et le 28 février 2019 ». En tout cas, tel que c’est parti, Air Austral sera gagnante sur toute la ligne. Contrairement à Air Madagascar qui tarde à reprendre son envol et aux fournisseurs qui vont donc sacrifier des milliards d’ariary de créances. Normalement dans un mariage, l’homme et la femme se partagent tout, pour le meilleur et pour le pire. Ce qui n’est le cas dans ce partenariat stratégique Air Austral – Air Madagascar où on laisse à la partie malgache… le pire.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.