Chine-Madagascar : Une croissance de 20% du volume des échanges en 2017

La Rocade Estd’Antananarivo fait partie des infrastructures réalisées avec la coopération chinoise.

La Chine reste le premier partenaire commercial bilatéral, la première source d’importation de Madagascar et la 4e destination des exportations malgaches.

2017 aura été une année faste pour la coopération entre Madagascar et la Chine. Sur le plan politique, la visite officielle du président malgache Hery Rajaonarimampianina, en Chine a été sans conteste l’événement le plus marquant. Xi Jimping et Hery Rajaonarimampianina sont parvenus, lors de leur rencontre à Beijing, à une série de consensus importants sur l’établissement du partenariat de coopération globale et le renforcement de la coopération gagnant-gagnant, entre les deux pays. Les statistiques données par l’ambassadeur de Chine à Madagascar SEMme Yang Xiaorong lors du forum des médias qui s’est tenu vendredi dernier, à l’Ambassade de Chine à Nanisana, parlent d’elles-mêmes.

Croissance importante. En tout cas, ces dernières années, les relations économiques entre Madagascar et la Chine ont connu une croissance importante ces dernières années. « Des fruits abondants » pour reprendre les termes mêmes de Yang Xiaorong. Ainsi, de janvier à décembre 2017, les échanges commerciaux ont connu une croissance durable et stable. Le montant total des échanges bilatéraux a atteint 931 millions d’USD, représentant 14,4% du total du commerce extérieur malgache, avec une augmentation de 20,58% comparée à la même période de l’année précédente. Cette croissance a été rendue possible grâce aux efforts consentis par les parties chinoise et malgache. La partie chinoise notamment a décidé d’appliquer depuis 2015, le tarif douanier zéro pour 97% des marchandises en provenance de Madagascar exportées vers la Chine. En matière d’investissements directs étrangers, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes à Madagascar. Plus particulièrement dans trois secteurs clés que sont l’agriculture, les infrastructures, et le textile. Et ce, avec des investissements créateurs d’emplois, d’une valeur respective de 7,10 millions USD, en 2016 et de 4,48 millions USD de janvier à septembre 2017.

Projets structurants. En ce qui concerne les aides publiques au développement, en 45 années de coopération, la Chine totalise trois milliards de yuans RMB en faveur de différents projets. Et les aides continuent actuellement d’affluer avec des projets structurants comme la route des œufs reliant une zone de production d’œufs et Mahitsy, le projet d’accès à la télévision par satellite à des centaines de villages et le projet d’extension et d’aménagement de la voie rapide reliant le Port de Toamasina et la RN2.

Cadre global. A noter que les relations économiques entre la Grande Ile et l’Empire du Milieu entre dans le cadre global de la coopération Chine – Afrique. En effet, en décembre 2015, le sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC/FCSA) s’est tenu en Afrique du Sud où le président chinois Xi Jinping a promis un soutien financier de 60 milliards de dollars US en faveur des pays africains, destinés à financer dix programmes de coopération sino-africaine, à savoir l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, le commerce et la facilitation des investissements, la réduction de la pauvreté et le bien-être, la santé publique, les échanges entre les peuples, et la paix et la sécurité. Jusqu’ici, une grande partie de cette somme a été bien utilisée et la majorité des projets a été réalisée. Attachant une plus grande importance à la mise en application du concept de développement centré sur le peuple dans la coopération, la Chine a œuvré pour que la coopération sino-africaine bénéficie davantage aux peuples chinois et africains et soit à la hauteur de leurs attentes.

180 projets. Dans le cadre du programme d’infrastructures, la Chine a signé avec le Maroc, la Guinée et Madagascar des documents de coopération intergouvernementaux en matière d’infrastructures ; des discussions sont en cours avec l’Union africaine pour fixer la liste des projets de la deuxième phase du programme de développement d’infrastructures transnationales et transrégionales en Afrique ; dans les domaines des transports, de l’électricité et des télécommunications, 180 projets d’infrastructures ont été achevés ou sont en cours d’exécution ou seront mis en chantier, dont notamment les lignes ferroviaires Addis-Abeba-Djibouti et Mombasa-Nairobi déjà construites. Cinq projets d’universités des transports, dont l’institut des Chemins de fer d’Ethiopie, seront lancés.

A noter par ailleurs que Madagascar est invité cette année à participer à l’Exposition Internationale d’Importation de la Chine qui se tiendra à Shanghai du 5 au 10 novembre prochain. Un événement majeur qui démontrera la très grande envergure du marché chinois marqué par une croissance rapide de la consommation et de l’importation. En effet, avec ses milliards d’habitants, la Chine est le 2e plus grand importateur et consommateur dans le monde. Elle envisage d’importer dans les cinq années à venir des produits et services valorisant plus de 10.000 milliards USD. Un marché à conquérir pour les opérateurs malgaches.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.