HOREB-KAIZEN : Equilibrer la biodiversité pour un développement inclusif et durable



Jacaranda
Combinaison des deux systèmes via le reboisement de bambou

La combinaison de ces deux systèmes sert à réaliser un modèle de développement agricole réussi à Madagascar auquel les acteurs œuvrant dans le même sens sont tous sollicités.

Après Foulpointe qui a été choisie pour être la commune pilote en Afrique dans la mise en œuvre de l’approche conjointe HOREB-KAIZEN, les promoteurs de ces deux systèmes ont ensuite lancé une autre activité dans la commune d’Ampefy et ce, en collaboration avec le ministère en charge de l’Environnement. « Il s’agit notamment d’une activité de reboisement de 1.200 jeunes plants de bambou sur une superficie de 3ha dans le dessein d’équilibrer la biodiversité pour un développement inclusif et durable », a expliqué Faly Rasamimanana, le Directeur général du groupe Faly Export.

Modèle de développement. Rappelons que le référentiel HOREB (Hygiène, Organisation, Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité) développé par le groupe Faly Export, met en avant les principes « inclusif » et « durable ». Quant au système Kaizen, c’est un système de travail japonais sur la démarche qualité et l’amélioration continue. « La combinaison de HOREB et KAIZEN sert ainsi à réaliser un modèle de développement agricole réussi à Madagascar auquel les acteurs œuvrant dans le même sens sont tous sollicités. Et dans le cadre de cette activité à Ampefy, l’objectif du reboisement est de rendre tout le monde responsable de son environnement immédiat. C’est une occasion d’initier les paysans de produire et vendre selon le référentiel HOREB en pratiquant en même temps KAIZEN pour l’amélioration continue de toutes les activités touchant la vie de la population de la commune », a-t-il fait savoir.

Exporter des litchis. Ainsi, ce reboisement contribue non seulement à l’équilibre de la biodiversité par la capture des carbones, mais aussi à la restructuration des sols par les bambous et à l’utilisation des feuilles pour le développement de l’apiculture. « Des paysans seront appuyés pour ce faire. En outre, les bambous, une fois exploitables serviront à fabriquer des produits artisanaux et à construire des habitations. En outre, ce reboisement constitue les premières étapes dans la lutte contre le phénomène d’érosion qui ronge et met en danger le centre de la commune d’Ampefy et l’environnement immédiat pour ne citer que son célèbre grand lac, source des principaux revenus de plusieurs ménages locaux. Mais ce n’est pas tout ! L’amélioration de l’environnement à Ampefy par le biais de ce reboisement de bambous favorisera la plantation de litchi de bonne qualité et bien d’autres fruits saisonniers faisant la renommée de la commune. Le groupe Faly Exporter envisage d’exporter une quantité estimable des litchis d’Ampefy à partir de la campagne 2018 », a évoqué Faly Rasamimanana.

Engagement. Notons qu’une première séance d’animation et de formation en « Démarche qualité et Amélioration continue » a été organisée pour qu’enfin les efforts déployés ne soient pas vains et que les producteurs connaissent les mentalités de la démarche qualité. L’objectif est qu’ils puissent mettre en pratique les manières de travailler « KAIZEN » qui font développer le Japon et tous les pays émergents. En revenant sur le reboisement de bambou à Ampefy qui a vu la participation active du ministre de l’Environnement, Ndahimananjara Johanita, c’est la première action concrète après la signature de la convention de collaboration entre le Groupe Faly Export et le ministère. Cette convention stipule l’engagement de la société à contribuer à l’amélioration de l’équilibre de la biodiversité dans ses zones d’intervention en vue d’optimiser le rendement de productivité des paysans.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.