Madagascar – Banque Mondiale : 16 projets pour un montant de 838 millions de dollars



Jacaranda
La réhabilitation du pont de Kamoro figure parmi les projets financés par la Banque Mondiale.

La Banque Mondiale figure parmi les bailleurs de fonds qui ont respecté leurs engagements lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris en 2016.

Les relations entre la Banque Mondiale et Madagascar sont au beau fixe. C’est ce qui ressort, en tout cas, de la revue conjointe du portefeuille des projets financés par la Banque Mondiale, et qui se déroule depuis hier au siège de ce bailleur de fonds à Anosy.

Performance. Comme son nom l’indique, la réunion consiste à passer en revue tous les projets financés par la Banque Mondiale à Madagascar. Et ce, dans l’objectif d’en  améliorer la performance. Le portefeuille de la Banque Mondiale à Madagascar vient en appui au Plan National de Développement. Il comporte actuellement 16 projets d’un montant total de 838 millions de dollars dont près de 372 millions de dollars ont été déjà  décaissés « Ce sont des  projets élaborés par le gouvernement malgache »  a tenu à préciser le ministre de l’Economie et du Plan, le Général Herilanto Raveloarison.  Ce dernier n’a pas oublié de remercier la Banque Mondiale «  pour tous ses appuis marquant la conviction et l’espoir partagé pour Madagascar dans son processus de lutte contre la pauvreté, pour une résilience et un développement durable » Faut-il en  effet rappeler que, les projets financés par la Banque Mondiale concourent tous au développement du pays.

Résultats palpables. Des projets qui ont pour la plupart produit de résultats palpables. Pour ne citer entre autres, que la protection sociale  à travers les  transferts monétaires ,les filets sociaux productifs avec les projets Filets de Sécurité Sociaux (FSS)  et  Projet d’Urgence pour la Sécurité Alimentaire et la Protection Sociale (PURSAPS) avec près de 140 000 ménages bénéficiaires.  Ou encore l’accroissement de plus de 140% des recettes fiscales, l’augmentation moyenne de plus de 70% des revenus  des producteurs issus des cultures commerciales prioritaires grâce au projet Pôles Intégrés de Croissance et Corridor (PIC 2). Ainsi que le projet PUPIRV ; la réhabilitation des ponts et infrastructures de transport à Madagascar, dont notamment le pont métallique de Kamoro. La reconstruction de ce dernier a notamment permis d’éviter la coupure de la circulation entre la capitale et les régions productrices de l’Ouest et du Nord du pays.

Intégrité et efficacité. Et le  meilleur est encore à venir puisque, la revue de portefeuille qui voit la participation des représentants des ministères de tutelle et sectoriels concernés est aussi l’occasion de développer des recommandations et des pistes pour une meilleure gestion d’un plus grand impact des projets. Et bien évidemment les techniciens de la Banque Mondiale qui vont échanger avec les responsables malgaches. Sur ce point d’ailleurs, Coralie Gevers Country Manager de la Banque Mondiale à Madagascar a déclaré : « Il est essentiel pour la Banque Mondiale d’échanger avec la partie nationale sur la mise en œuvre des projets qu’elle finance afin que les populations bénéficiaires puissent pleinement profiter  des impacts de ces projets ». Elle a également ajouté : « Avec l’accroissement du soutien de la Banque Mondiale pour Madagascar, il est crucial que la mise en œuvre des projets se fasse par les autorités avec intégrité et efficacité, et que les objectifs de développement soient atteints ».

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.