JIRAMA : Des milliards d’Ariary de pertes liées aux « vols » d’eau et d’électricité

Jacaranda
L’équipe dirigeant les opérations de ratissage a présenté son bilan.

Ce sont notamment des propriétaires de « Karaoké », des hôteliers, des restaurateurs et des entrepreneurs qui effectuent des chaînes de froid ainsi que des promoteurs immobiliers qui font des pratiques frauduleuses.

La JIRAMA a effectué des opérations de ratissage afin de lutter contre les pratiques frauduleuses au niveau du secteur eau et électricité dans tout Madagascar. « La société enregistre des milliards d’Ariary de pertes liées aux « vols » d’eau et d’électricité qui ont eu lieu presque dans tous les quartiers dont entre autres Itaosy, Tanjombato, Analamahitsy et 67ha. Fort heureusement, le Décret adopté en décembre 2016 stipule que ces pratiques frauduleuses sont considérées comme un délit. Et la JIRAMA peut poursuivre en justice les voleurs. Par contre, il n’est pas systématique de porter plainte contre eux. Nous procédons d’abord aux négociations de transactions en rappelant leurs consommations avant leur jugement. Seuls les fraudeurs qui sont de mauvais payeurs seront poursuivis au niveau du tribunal », a expliqué Andriamirado Rakotoseheno, chef de projet de ratissage au sein de la JIRAMA, lors d’une conférence de presse hier.

1 282 compteurs à remplacer.  En parlant du secteur « électricité »,  4 312 clients ont été visités depuis le début de cette année dont 79% d’entre eux résident dans la Capitale. Et parmi lesquels, 372 clients ont pratiqué des fraudes. Il s’agit entre autres de la falsification des compteurs afin de réduire la consommation d’énergie, du piquage avant compteur, des branchements clandestins et des branchements directs via les poteaux sans installation des compteurs. Quant au secteur « eau », 13 587 clients ont été visités. Parmi lesquels, 568 clients ont des compteurs inactifs mais en service, 245 autres ont falsifié leurs compteurs tandis que 126 clients ont effectué des « vols » d’eau sous forme de branchement direct via les réseaux de distribution de la JIRAMA, de branchement illicite via un autre branchement de particuliers et de vol de compteur pour être alimenté. Et le piquage avant compteur constitue un vol très fréquent effectué par des abonnés.  Par contre, la JIRAMA a évoqué que 1 282 compteurs ont été bloqués ou en intermittance et qui doivent être remplacés.

17 procès en cours. S’agissant des clients contentieux, 42 plaintes ont été déposées par la JIRAMA au  niveau du tribunal l’an dernier. Neuf autres plaintes ont été enregistrées depuis le début de cette année. « Quatre agents de la JIRAMA ont été licenciés et emprisonnés en raison de ces « vols » d’eau et d’électricité. Et il y a encore 17 procès relatifs à ces pratiques frauduleuses qui sont encore en cours d’instruction », a fait savoir le chef de projet de ratissage. Par ailleurs, il tient à préciser qu’il n’y aura plus de négociation de rééechelonnement de paiement pour les abonnés ayant été appréhendés lors des opérations de ratissage. « Ceux-ci doivent régulariser le paiement total du rappel de consommation en un mois seulement », a-t-il enchaîné.

Promoteurs immobiliers. Mais qui sont ces clients qui font des pratiques frauduleuses ? – « Ce sont notamment des propriétaires de « Karaoké », des hôteliers, des restaurateurs et des entrepreneurs qui effectuent des chaînes de froid. Il y a également des promoteurs immobiliers pour ne citer que le propriétaire d’un lotissement dénommé « Domaine d’Ankatso » comportant 46 appartements. Celui-ci avait proposé une construction clé en main, soit pourvue d’eau et d’électricité. Ce lotissement a été ainsi alimenté depuis 2011 alors que la JIRAMA n’a pu s’en rendre compte qu’en 2017. Certains propriétaires des appartements ont accepté de régler les rappels de consommation tandis que d’autres ont refusé et sont poursuivis en justice », a révélé Andriamirado Rakotoseheno.  Par ailleurs, la JIRAMA a réitéré que les agents qui effectuent des opérations de ratissage doivent présenter aux clients leur CIN et leur ordre de mission. Et tout paiement doit être effectué uniquement à la caisse de la JIRAMA, et ce, pour bien discerner les faux agents des vrais.

Navalona R.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. tout n’est pas à mettre sur le compte des vols, il y a aussi une très mauvaise gestion. Il a fallu plus de 5 semaines d’appel quotidien pour qu’une intervention sur une canalisation d’eau cassée ait été faite, pendant cette durée ce sont plusieurs mètres cube d’eau qui chaque s’écoulaient sur la chaussée. Combien de compteurs d’eau et d’électricité sont bloqués, les utilisateurs après petits arrangements ne paient qu’une somme forfaitaire(ment basse). Il faut aussi regarder chez soi avant d’incriminer l’autre

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.