Electricité : Baisse prévue des tarifs après le redressement de la JIRAMA en 2020

Jacaranda
Plusieurs projets de centrales hydroélectriques et photovoltaïques sont en cours de mise en œuvre.

Plusieurs centrales hydroélectriques et photovoltaïques sont actuellement en cours de construction. L’exploitation de ces énergies renouvelables permettra de redresser la situation financière de la JIRAMA, et d’avoir de l’électricité à moindre coût.

Les investissements publics affichent une évolution sans précédente. Après le lancement officiel des travaux d’extension du Port de Toamasina qui coûteront 639 millions USD, soit environ 2044,8 milliards Ariary, ce sont des projets de construction de centrales fonctionnant à l’énergie renouvelable, en cours de préparation pour les uns et en cours de réalisation pour les autres, que le Gouvernement a annoncé lors d’une émission spéciale sur les chaînes TV locales. Parmi ces projets, une prochaine inauguration de la centrale photovoltaïque est prévue dans les semaines à venir, à Ihazolava Ambatolampy, selon le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison. Des barrages et des panneaux solaires sont également en cours de mise en place à Mahaboloka Saint Augustin. « Ces investissements sont énormes. A Sahofika, le projet de construction de la centrale hydroélectrique est financé à hauteur de 800 millions USD, soit environ 2 560 milliards Ariary. A Volobe, un autre projet pour la construction d’une centrale hydroélectrique d’une capacité de 120MW est en cours, grâce à l’extension du Port de Toamasina et au Projet Ambatovy qui ont renforcé sa rentabilité. Il y a plusieurs autres sites comme Antetezambato dans la région Vakinankaratra, Ambodiroka à Mahajanga, Ranomafana, etc. Des appels d’offres ont été lancés et les adjudications sont déjà faites pour la plupart de ces projets. Bon nombre d’entre eux ont déjà une garantie partielle de risque », a indiqué le ministre de tutelle, dans son intervention.

Choix technologique. L’exploitation des énergies renouvelables sont indispensables pour réduire les coûts de la production d’électricité de la Jirama. Entre 2016 et 2018, les subventions accordées à l’Etat pour la Jirama totalisent déjà plus de 1200 milliards d’Ariary. D’après le ministre Lantoniaina Rasoloelison, ces problèmes qui ont coûté à Madagascar, plusieurs milliards d’Ariary, ont commencé suite à la réduction des tarifs de la Jirama appliquée durant la Transition, en 2011. « C’était une décision populiste qui a coûté cher et que l’on essaie de rattraper jusqu’à aujourd’hui. Actuellement, la production d’un KWh d’électricité est à 0,26USD. Ce chiffre atteint même 0,3USD dans certaines zones enclavées. Et pourtant, la Jirama vend sa production à 0,16 ou 0,17USD le KWh. C’est pour cela qu’on parle toujours de vente à perte. Nous sommes actuellement dans une transition énergétique, pour basculer à terme, aux énergies renouvelables. Il s’agit d’un choix technologique qui permettra de produire à moindre coût. Non seulement la situation de la Jirama sera redressée, mais on pourra même envisager une baisse des tarifs, lorsque le coût de production sera considérablement réduit », a souligné le ministre. Pour soutenir ces propos,  celui-ci a indiqué qu’avant de dépendre du gasoil pour la production d’électricité, la Jirama faisait annuellement 46 milliards Ariary de bénéfice et avait jusqu’à 176 milliards Ariary de dépôt en banque. Aujourd’hui, à cause des décisions populistes, les capitaux propres de la société d’Etat devenus négatifs, environnent les -1 000 milliards Ariary.

Antsa R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.