Economie et finances : Un atelier pour renforcer la lutte contre les infractions

Jacaranda
La formation pour les représentants des organes de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent a commencé hier.

Un atelier de formation dédié aux représentants des organes de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent, se tient à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG).

 Quatre experts internationaux de l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) de France seront à Madagascar pour animer une formation sur les infractions économiques et financières, dédiées aux magistrats du Pôle anti-corruption (PAC) d’Antananarivo, des investigateurs du BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) et des analystes du SAMIFIN (Service de lutte contre le blanchiment de capitaux). Si l’atelier a été lancé hier, les interventions de ces experts se tiendront le 17 mai. Selon le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), cet atelier vise à Partager les bonnes pratiques internationales dans la poursuite des infractions de corruption, de blanchiment de capitaux et assimilées ; à créer et maintenir un même niveau de capacités entre les magistrats du PAC d’Antananarivo, les Investigateurs du BIANCO et les analystes du SAMIFIN ; et enfin à assurer une compréhension commune des acteurs pour rendre effective la répression de la corruption Appuis. La mise en fonction du premier PAC est prévue se dérouler à Antananarivo, ce mois de Mai 2018. Outre l’atelier de formation de cette semaine, un team-building sera organisé afin de permettre aux 23 magistrats du PAC et 28 investigateurs du Bianco de promouvoir la solidarité, la cohésion et l’identité des valeurs des entités de la lutte contre la corruption, mais aussi d’entretenir une confiance mutuelle. Cette activité se tient dans le cadre du Programme Gouvernance du PNUD, financée par le Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (UNPBF), et fait suite à une première séance d’imprégnation des magistrats et des greffiers du PAC Antananarivo qui a eu lieu en mars dernier avec l’appui de l’Ambassade de France. Au terme de ces formations, les différents acteurs auront développé une compréhension commune pour rendre effective la répression de la corruption. Une troisième formation sur la criminalité transnationale organisée et le blanchiment d’argent, destinée aux mêmes cibles, sera également organisée prochainement, d’après les informations.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.