Douane : Affrontement évité de justesse au Port de Toamasina

Les forces de l’ordre sont intervenues, suite au risque d’affrontement des douaniers au Port de Toamasina.

Les coûts engendrés par les retards de dédouanement des marchandises sont supportés par les transitaires. Ces derniers ont organisé une conférence de presse hier, suite à un incident qui s’est produit jeudi dernier.

Cela fait presque quatre mois que les employés des Douanes au Port de Toamasina ont des problèmes irrésolus. Cette semaine, la situation s’est compliquée, suite au conflit opposant les grévistes qui incitent à la manifestation et les employés qui veulent travailler. « Nous voulons juste que les services de dédouanement fonctionnent convenablement, car au bout du compte, ce sont toujours les transitaires qui paient les frais de retard. On n’a pas de problème particulier avec les douaniers. Faire la grève et suivre des manifestations sont un droit, mais il ne faut pas non plus obliger les employés qui veulent travailler à fermer les portes de la Douane. Ils ont également le droit de ne pas faire la grève et il faut souligner que les usagers ont également des droits », ont déclaré les membres du Groupement des Transitaires de Madagascar, lors d’une conférence de presse organisée hier à Toamasina.

Menaces et agressions. A noter que ces transitaires ont été invités par les employés des Douanes, à une réunion de concertation, jeudi dernier, afin de trouver des solutions pour accélérer le processus de dédouanement au Port de Toamasina. Cependant, leur entrée au Port a presque viré au cauchemar, suite à une manifestation des grévistes mécontents de ce rapprochement entre les deux parties. « Nous étions invités et bien évidemment autorisés à entrer dans les services des Douanes au Port de Toamasina. Nous n’avons pas fait de forcing. Et pourtant, les grévistes nous ont renvoyés et cela a presque abouti à un affrontement physique », ont affirmé les transitaires. De leur côté, les employés en service affirment que la situation s’est aggravée depuis jeudi dernier. Des menaces et des tentatives d’agression ont même été évoquées. Pour les grévistes, l’objectif annoncé est de fermer les services des Douanes pour obliger le DG des Douanes et le receveur au port de Toamasina à démissionner. Ces derniers ont, par contre, martelé que, les services des Douanes restent fonctionnels et ouverts au service des usagers. D’après les informations, des mesures de facilitation ont déjà été prises, d’autant plus que les flux de marchandises aux frontières ne cessent d’augmenter de jour en jour. Après les risques d’affrontement de jeudi dernier, les forces de l’ordre conduites par le Colonel Ralaikoa sont intervenues hier, pour sécuriser la zone et les employés en service. Hier, les dédouanements des marchandises ont repris, selon les transitaires. Même si le projet d’extension du Grand Port est déjà en cours, ces usagers sont toujours en attente de solutions à court et moyen terme, pour accélérer le processus d’embarquement, de débarquement et de dédouanement au port de Toamasina.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.