Mine et environnement : Les boursiers australiens partagent leurs expériences

Jacaranda
Une remise de certificat a eu lieu en présence de l’Ambassadeur de l’Australie, SEMme Jenny Dee et le ministre chargé des Mines, Zafilahy Ying Vah.

Depuis 2012, près de 100 techniciens malgaches  issus du secteur extractif, de l’environnement, de l’agriculture et de la pêche ainsi que des ONG, de la société civile et du secteur privé ont bénéficié des bourses d’études dans de prestigieuses universités de l’Australie.

C’est le fruit de la coopération entre Madagascar et l’Australie. Une association regroupant tous les bénéficiaires de ces bourses australiennes dénommée A3-Mada (Australia Alumni Association of Madagascar) a été créée en 2014. « Notre objectif est d’apporter notre humble contribution dans le développement de Madagascar », a évoqué Rajoelina Cédric, le président de l’A3-Mada à l’issue d’une formation portant sur la mine et l’environnement qui s’est déroulée après une conférence publique sur l’efficacité et les limites de la surveillance des impacts environnementaux des opérations minières à Madagascar. Ces deux événements ont été organisés la semaine dernière en partenariat avec l’Université « Western Australia » au « Mining Business Center » à Mamory Ivato.

Respect des lois. Pour ce faire, ces boursiers australiens partagent leurs connaissances et leurs expériences acquises durant leurs études de courte durée ou de longue durée permettant d’avoir un diplôme de Master en Australie. Les thèmes de formation portent notamment sur l’industrie extractive, l’agriculture et la politique publique. A titre d’illustration, « le respect des lois en vigueur s’avère primordial afin de protéger l’environnement dans le cadre des opérations d’exploration jusqu’à l’exploitation minière. Nous disposons entre autres, le Décret MECIE permettant aux exploitants miniers d’effectuer une mise en conformité environnementale. Cependant, la gestion de la biodiversité demeure assez difficile à Madagascar étant donné que des exploitations minières se tiennent dans les Aires Protégées », a-t-il fait savoir. D’autant plus, l’administration minière n’a pas des moyens suffisants pour contrôler toutes les exploitations minières dans des zones très reculées.

Obligations. Raison pour laquelle, « nous avons organisé des ateliers régionaux pour faire connaître aux autorités locales tels que les maires, aux représentants des services techniques déconcentrés et de la société civile leurs obligations dans le domaine de suivi des impacts environnementaux de toute activité minière sur place. », a soulevé Lalaina Rabemanambola, « Alumni Ambassador ». Les régions d’Atsimo Andrefana, d’Alaotra Mangoro, de Boeny et d’Atsinanana sont parmi les bénéficiaires. Les thèmes discutés ont porté, entre autres, sur la fiscalité minière, la gestion environnementale, les obligations des exploitants miniers dans le cadre des activités de RSE, la transparence et la gouvernance minière. Et elle a également annoncé que l’ouverture de la demande de bourses en Australie aura lieu en septembre prochain.

Navalona R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.