Industrialisation : Un baromètre pour évaluer les impacts de la LDI

Jacaranda
Atelier d’élaboration du baromètre de l’industrialisation de Madagascar, les 4 et 5 juin au Colbert Antaninarenina.

L’industrialisation commence enfin pour Madagascar. Un atelier s’est tenu cette semaine au Colbert Antaninarenina pour définir la situation de départ ou état de base qui servira de référence pour évaluer l’évolution de l’industrie malgache.

90% des matières premières utilisées par les industriels à Madagascar sont encore importées de l’extérieur. Du côté des salariés, l’évolution de carrière, le niveau de salaires, l’apprentissage et la liberté d’expression laissent encore à désirer. Cependant, la nouvelle Loi sur le développement industriel (LDI) doit permettre de corriger ces problèmes de l’industrialisation, selon les membres de l’Alliance pour l’industrialisation durable. « Pour suivre l’évolution de l’industrialisation et évaluer les efforts entrepris par l’Etat pour l’application de la LDI, nous allons élaborer un baromètre avec plusieurs indicateurs. L’état zéro ou situation de départ est en cours de définition. Elle sera publiée vers le 21 de ce mois de juin. Ensuite, des rapports trimestriels seront publiés pour suivre l’avancement de l’industrialisation, par rapport à cet état de base », a expliqué Mamololona Ramarokoto, secrétaire générale du CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar). A noter que le CREM figure parmi les cinq signataires de la Charte pour la constitution de l’Alliance pour l’Industrialisation Durable, avec le SIM (Syndicat des Industries de Madagascar), le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy), la CTM (Conférence des Travailleurs de Madagascar) et la SSM (Solidarité syndicale de Madagascar).

Paramètres. Outre l’amélioration de l’environnement des affaires qui concerne l’accès à l’énergie, les infrastructures publiques, les facilitations de procédures, etc. la priorisation des recherches et innovations, ainsi que l’amélioration du système fiscal soutenant l’industrialisation, sont également attendues de l’Etat, selon l’Alliance pour l’Industrialisation Durable. Avec l’appui de la FES (Friedrich-Ebert-Stiftung), les représentants du salariat notamment les membres de la CTM et de la SSM, avec le CREM, ont élaboré le 4 juin dernier, un questionnaire fondé sur ces différents paramètres. Le 5 juin, c’étaient le SIM et le FIVMPAMA qui ont représenté le patronat, pour l’élaboration de ce questionnaire d’évaluation, toujours avec les économistes du CREM. Bref, ces membres de l’Alliance pour l’industrialisation durable sont décidés à suivre de près l’évolution de l’industrialisation à Madagascar, ainsi que la mise en œuvre des engagements pris par l’Etat, dans le cadre de la LDI.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.