Service public : 15 000 Ariary pour une CIN à Ampanihy Andrefana



Jacaranda
Les services publics coûtent cher dans les zones reculées où la population est plus vulnérable.

La qualité des services publics reste à désirer dans le District Ampanihy Andrefana. Selon les élus locaux, le problème viendrait d’un manque de financement générant un cercle vicieux favorisant la mauvaise gouvernance.

Alors que la délivrance de la Carte d’identité  nationale (CIN) est censée être gratuite pour tout citoyen malagasy, l’on a appris que dans le District d’Ampanihy-Andrefana, région Atsimo-Andrefana, un droit de 15 000 Ariary est exigé aux usagers pour avoir droit à l’obtention d’un CIN. Compte tenu du pouvoir d’achat dans cette région, ce droit à payer est exorbitant, se plaigne la population et d’indiquer que, cette décision de l’Administration publique va à l’encontre du bon déroulement de la délivrance du CIN, qui devrait pourtant s’améliorer si l’on se réfère aux opérations lancées par le Ministère de l’Intérieur. Toujours selon nos sources, le cas de la CIN n’est pas isolé. Le droit à payer pour la délivrance de la Fiche individuelle de bovidé (FIB) connait le même problème, avec un frais à la hausse passant de 15 000 Ariary auparavant à 30 000 Ariary actuellement.

Priorités. Par ailleurs, l’on constate que d’une manière générale, l’instauration d’un environnement favorable aux développements de ces collectivités décentralisées, ne constitue pas une priorité pour le régime en place. La grande majorité de ces communes accusent  un retard de paiement de leurs subventions pour ne citer que le cas d’Ampanihy-Andrefana qui n’a pas encore bénéficié de ses subventions pour l’exercice 2017, encore moins celles de 2018. Un autre  dilemme auquel doivent encore faire face ces communes, c’est  l’approvisionnement des fonds auprès des trésoreries principales ou perceptions principales qui est souvent confronté à des incohérences. Ce qui fait que ces collectivités sont dépourvues de fonds de fonctionnement entravant ainsi aux bons déroulements de leurs activités.

Corruption. Bon nombre de ces maires de dénoncer qu’ils devront débourser bien souvent de l’argent de leurs poches. Encore une fois, la tendance à la corruption est fortement perceptible de la part de ces élus pour pouvoir récupérer leurs argents ou encore assurer le fonctionnement des services. Par manque de crédibilité, ces communes n’ont plus la confiance des fournisseurs. Dans la mesure où ces derniers risquent de n’être pas payés à temps.

Anastase

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. A mon avis il suffit juste de trouver un compromis.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.