Grève des douanes et des impôts : Les activités des entreprises fortement perturbées



Jacaranda
Eléments essentiels de la circulation des marchandises, l’administration des douanes est appelée à fonctionner normalement tout au long de l’année.

Si les perturbations au niveau des douanes et des impôts s’éternisent, c’est  l’ensemble du pays en tant que partenaire  commercial  et destination des investissements qui sera décrédibilisé.

« Nous n’arrivons même plus à respecter notre planning aussi bien pour l’entrée  de nos matières premières que pour l’expédition de nos exportations ». Dépité, ce haut responsable d’une grande entreprise l’est en constatant la situation actuelle au niveau des douanes et des impôts.

Extrémistes. Perturbées par le mouvement syndical, ces deux administrations pourtant vitales pour la vie des entreprises en particulier et l’économie en général, ne fonctionnent plus comme il faut. « Nos activités sont fortement handicapées par ce genre de mouvement »  indique un autre opérateur qui a requis l’anonymat de peur des éventuelles représailles que pourront enclencher  les extrémistes. « En tant qu’opérateurs économiques nous ne tenons absolument pas à entrer dans les querelles politiques actuelles, tout ce que nous voulons, c’est une administration qui fonctionne normalement afin que nous puissions continuer à travailler dans des conditions normales »  ajoute un autre opérateur économique. En somme, même si elle n’est pas encore suivie à 100% par le personnel respectif des douanes et des impôts, cette grève orchestrée par les syndicats engendre des conséquences néfastes pour  l’ensemble de l’économie.

Instrumentalisée. En effet, il est maintenant pratiquement sûr que pour cette année, les prévisions de recettes douanières ne seront pas atteintes. Ce qui est d’autant plus malheureux, c’est que la grève des syndicats est apparemment instrumentalisée à des fins plutôt d’ordre politique. D’ailleurs, des employés « neutres » des douanes et des impôts commencent également à réagir face à la situation actuelle. Tout en reconnaissant que tout n’est pas encore parfait dans le fonctionnement actuel de ces deux administrations, ils se posent des questions sur la manière avec laquelle, les grévistes mènent le combat. « Ce n’est pas avec des insultes qu’on peut régler les problèmes »  témoignent-ils. Quoi qu’il en soit, dans le contexte actuel, le traitement équitable des administrés n’est plus une réalité au niveau des administrations perturbées par les mouvements de grève plus politique que technique.   Et au-delà de toutes considérations politiques, les opérateurs économiques ne souhaitent que le retour à la normale au niveau des douanes et des impôts. Les dysfonctionnements du port de Toamasina ne sont pas encore réglés et  voilà que la situation est aggravée par ce blocage, même partiel, de ces deux administrations essentielles  que sont les  douanes et les impôts.

R.Edmond.

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Vous voulez tous que le pays sera en vrai faillite??? Prier de cesser toute les manifestations et grève!!! Avancez avec d’autres argument mais ne mettez pas la vie des malgaches en danger!

  2. Lova Henintsoa et Eric Narivony, sortez du corps de cet article ☺😊 !

    Des agents « neutres » se plaidnent … que le staff « neutre » penche trop vers les magouilles hvm-esques …

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.