Essence et gasoil : 4e hausse de prix depuis le début de l’année



Jacaranda

Le litre de l’essence à 4050 Ariary et celui du gasoil à 3400 Ariary. Ce sont les nouveaux prix affichés  par les stations-service depuis hier matin, traduisant ainsi une hausse de 50 Ariary par litre pour l’essence, tout comme pour le gasoil. A la veille de cette révision des prix, l’OMH (Office malgache des hydrocarbures) a tenu une conférence de presse, annonçant un écart de 370 Ariary par litre, entre les prix véritables et les prix affichés à la pompe. Avec cette hausse de 50 Ariary, un écart de 320 Ariary par litre reste donc à combler. A noter qu’une application progressive de la vérité des prix a déjà été lancée depuis l’année dernière. L’objectif a été atteint en octobre 2017, lorsque les prix étaient à 3020 Ariary pour le gasoil et 3670 pour l’essence. Mais avec une vérité des prix qui affiche une forte hausse continue, l’Etat est de nouveau intervenu en fixant les prix à un certain niveau, pour des motifs politiques, notamment pour limiter l’inflation et amortir la dégradation du pouvoir d’achat de la population.

Préparation psychologique. Pour l’opinion, une hausse plus rapide des prix à la pompe, par rapport à l’augmentation du revenu, traduit une paupérisation des Malagasy. Il est devenu habituel que l’OMH et le Ministère en charge des Hydrocarbures médiatisent des motifs de hausse de prix à la pompe, avant de l’appliquer. « Le cours du pétrole Brent a augmenté de 30% depuis octobre 2017. L’Ariary s’est également déprécié de 9% par rapport au dollar. Et pourtant, le prix de carburant n’a augmenté que de 13% », a affirmé le DG de l’OMH, Laurent Rajaonarivelo, lors de sa conférence de presse, en ajoutant que la décision d’une éventuelle hausse relève d’une décision politique. Bref, cette hausse des prix ne va pas rester à son stade actuel. Selon les indicateurs, le litre de l’essence devrait être à 4370 Ariary et celui du gasoil à 3720 Ariary. Au vue de l’évolution actuelle de l’économie malgache, notamment la dépréciation continue de la monnaie nationale, ces prix véritables seront encore plus élevés le mois prochain et pourront très vite dépasser les 5000 Ariary, d’ici la fin de l’année. En d’autres termes, le prix de carburant représente un casse-tête pour le Gouvernement, qui risque de dépenser des centaines de milliards d’Ariary de subvention pour maintenir une stabilité économique trompe l’œil.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.