IGM : 630 pierres gemmes testées au laboratoire



Jacaranda
Le coût d’identification des gemmes varie entre 29 000 Ar et 70 000 Ar. (Photo d’archives)

La mise en place de l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) constitue un avantage comparatif pour la Grande  Ile en termes d’exportation de nos ressources minérales notamment les pierres précieuses et les pierres fines.

En effet, c’est l’unique centre de formation en gemmologie accrédité par le Gem-A de Londres ou association des experts gemmologues internationaux, au niveau du continent africain. Il a également une notoriété internationale non seulement en matière de formation des experts gemmologues, mais aussi en identification des pierres gemmes grâce à son laboratoire équipé d’une technologie de pointe. Depuis le premier semestre de cette année, 630 pierres gemmes ont été testées au sein du laboratoire de cet institut. Une hausse de 21% a été enregistrée comparée aux statistiques enregistrées l’an dernier pour la même période, d’après les explications d’un responsable de l’IGM.

Fausses gemmes. Parmi lesquelles, 35% des pierres gemmes testées sont constituées de saphir et de rubis naturel et 14% autres sont de béryl, y compris les émeraudes. Par contre, 18% des pierres gemmes qui ont été identifiées par l’IGM sont composées de pierres synthétiques et artificielles. Les experts de cet Institut de Gemmologie de Madagascar ont notamment découvert de  faux saphirs et de faux rubis. Ils identifient au moins une pierre synthétique et artificielle presque tous les jours, selon leurs dires. Nombreuses sont les victimes de cette circulation des fausses  gemmes au niveau des marchés locaux. Ils sont notamment des opérateurs nationaux et étrangers. Les pertes peuvent être estimées à des centaines de millions d’Ariary pour un propriétaire de cette fausse gemme. Ainsi, l’IGM offre ses services d’expertise des pierres pour ne pas se faire avoir et afin de mettre en confiance tant les particuliers que les professionnels opérant dans le secteur gemme. Notons qu’il s’avère très difficile de distinguer les fausses des vraies pierres gemmes à l’œil nu. Ce qui permettra en même temps d’améliorer l’environnement du marché des pierres précieuses et pierres fines à Madagascar.

Traitement des pierres. Et sur ces 630 pierres gemmes testées au niveau du laboratoire de l’IGM, 23% ont fait l’objet de traitement soit par le chauffage soit par l’huilage. C’est aussi un moyen de valoriser nos ressources minérales sur le marché international. D’où, l’importance des tests au niveau du laboratoire de l’IGM pour faciliter l’identification des gemmes traitées, a-t-on souligné. Rappelons que tout particulier ou tout opérateur effectuant une transaction de pierres précieuses ou de pierres fines avec des étrangers ont besoin des certificats d’identification de gemmes délivrés par l’IGM lui-même. Cela devient une exigence internationale. Il y a également des étudiants étrangers poursuivant une formation en gemmologie au sein de cet Institut de classe internationale qui font une demande d’identification de pierres gemmes, a-t-on appris. Depuis ces deux dernières semaines, une affluence des opérateurs étrangers, notamment des Français ayant acheté des pierres précieuses, a été observée au niveau du laboratoire de l’IGM. Quant aux coûts d’identification des gemmes, cela varie entre 29 000 Ariary et 70 000 Ariary. Par ailleurs, cet Institut de Gemmologie de Madagascar poursuit ses activités de formation qui sont ouvertes au grand public pour devenir des professionnels en la matière, voire des experts en gemmologie, et ce, à un prix très compétitif, comparéà ceux des autres instituts dans le monde.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.