UPAP : Une stratégie de développement de la poste en Afrique



Jacaranda
Une photo de famille des participants à ces assises internationales. (Photo : Kelly R.)

Une grande première à Madagascar.  Le pays par le biais de la « Paositra Malagasy » accueille la 5e Session extraordinaire de la Conférence des Plénipotentiaires de l’Union Panafricaine des Postes (UPAP).

Deux points majeurs seront discutés pendant deux jours dans le cadre de cette 5e Session extraordinaire de la Conférence des Plénipotentiaires de l’Union panafricaine des Postes qui se tient au CCI Ivato. Il s’agit notamment de l’amendement des Actes de l’UPAP ainsi que de la préparation de la position africaine sur les questions clés du Congrès extraordinaire de l’Union postale universelle (UPU), qui se tiendra à Addis-Abeba en septembre prochain. L’objectif consiste à définir une meilleure stratégie de développement de la poste en Afrique. Le Secrétaire général de l’UPAP, Younouss Djibrine, l’a évoqué lors de l’ouverture de cette conférence internationale de haut niveau, hier.

Mise à jour des actes. Parlant de l’amendement des actes de l’UPAP, il a soulevé qu’il importe d’adapter ces actes juridiques suite à l’évolution du secteur postal tout en les rendant modifiables et flexibles. « Une mise à jour s’impose étant donné que les actes régissant l’UPAP ont été élaborés, il y a trente ans de cela. A cette époque, il n’y avait pas de concurrence sur le marché, puisque les services postaux étaient exercés par l’administration publique. Maintenant, il y a une diversité d’acteurs. En outre, il y avait eu le boom des nouvelles technologies, mais pas encore de développement du numérique. Et à part la mise à jour de ces actes, il faut trouver une modalité pour leur amendement régulier tous les quatre ans », a expliqué le Secrétaire général de l’UPAP.

Expositions. Notons que 35 hautes personnalités et 178 délégués issus de 43 pays ainsi que 12 organisations internationales, participent activement à cette session extraordinaire de la Conférence des Plénipotentiaires de l’Union panafricaine des Postes. Des séances plénières, des ateliers thématiques et des rencontres bilatérales sont au programme de l’événement. Des expositions et des vitrines sont également présentées par la « Paositra Malagasy », au hall du CCI Ivato, dans le cadre de ces rencontres internationales. De son côté, le président Hery Rajaonarimampianina a également évoqué, lors de l’ouverture de cette cérémonie, que la base juridique régissant le secteur postal ne cadre plus avec les conjonctures politiques, économiques et technologiques d’aujourd’hui. « L’organisation d’un tel événement, qui est une grande première pour nous, est une occasion pour l’actualisation des actes par rapport à l’évolution du secteur afin d’ouvrir de nouvelles perspectives », a-t-il enchaîné.

Marque « PosTransfer ». Par ailleurs, le Chef de l’Etat a annoncé que la « Paositra Malagasy » est un acteur majeur de développement de la Grande Île. Disposant de 250 points de contact éparpillés dans toute l’île, elle arrive à percer les zones les plus reculées afin de lutter contre l’exclusion sociale des non bancarisés. « C’est un levier indispensable pour un développement durable et inclusif », a-t-il souligné. Il faut savoir que la « Paositra Malagasy » a entre temps lancé officiellement la marque collective « PosTransfer », lors de cette 5e session extraordinaire de la Conférence des Plénipotentiaires de l’UPAP.  Cette marque regroupe toutes les Postes des pays membre de l’UPU (Union postale universelle) dont Madagascar. « Ce réseau est une solution pour les transferts internationaux d’argent par la poste. Très avantageux, elle combine la rapidité, l’efficacité, la sécurité et la compétitivité sur le marché. Avec cette marque, le transfert d’argent à l’international se fait désormais à la minute chez la ‘Paositra Malagasy’ », a conclu Rakotomalala Augustin Nirina, son directeur général.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.