Entrepreneuriat : Des opérateurs de Dubaï appuieront les jeunes malgaches



Jacaranda
La délégation d’opérateurs de Dubaï a rencontré le ministre de l’Industrie, Guy Rivo Randrianarisoa.

Travaillant en partenariat avec le ministère de l’Industrie, ces opérateurs étrangers soutiendront les jeunes malgaches à créer leurs propres « Light Industries ».

Créer des industries en tant que patrimoine dans toutes les régions. « Tel est notre plus grand défi au sein du ministère », a déclaré le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Guy Rivo Randrianarisoa, lors de sa rencontre avec une délégation d’opérateurs venant de Dubaï, conduite par Ny Rado Rafalimanana, le fondateur de l’ONG « Ny Fanahy no Maha Olona », dans ses locaux samedi dernier. « Ces opérateurs de Dubaï vont ainsi apporter leurs technologies, leur savoir-faire et un financement afin d’appuyer les jeunes malgaches prêts à se lancer dans le domaine de l’entrepreneuriat », a-t-il rajouté.

« Light Industries ». Ainsi, une conférence-débat entre cette délégation et les jeunes étudiants des universités privées, GSI et IMGAM, a eu lieu le même jour au ministère du Plan à Anosy. A cette occasion, Ny Rado Rafalimanana a soulevé que cette délégation est composée de dirigeants d’entreprises, dont la plupart sont d’origine chinoise mais basés à Dubaï, et qui opèrent dans les domaines de l’hôtellerie, de l’informatique et de l’industrie pharmaceutique. « Notre intention vise à aider les jeunes à créer leurs propres entreprises qualifiées de ’Light Industries’. Ceux-ci devront ainsi présenter leurs projets au sein du ministère de tutelle. Ils restent le patron de leurs sociétés tandis que nous restons leur partenaire. L’objectif consiste à exporter des produits à valeur ajoutée vers Dubaï afin de créer des emplois locaux », a-t-il expliqué.

Filières porteuses. Notons que la demande à Dubaï est loin d’être satisfaite étant donné que ce pays importe tout de l’étranger. A titre d’illustration, ce chef de la délégation d’opérateurs étrangers a évoqué que cette grande ville des Emirats arabes unis importe des fleurs d’une valeur de 150 millions USD de la Hollande et du Kenya. « Il est temps que les jeunes malgaches puissent se lancer dans cette filière en travaillant en partenariat avec des coopératives de planteurs de fleurs sous serre, entre autres », a-t-il enchaîné. Mais il y a également d’autres filières porteuses qui méritent d’être développées et valorisées comme le miel, le pôk pôk et le « longoza », une espèce de plante de cardamome. Cette dernière est très prisée par les grands fabricants de produits cosmétiques. « Les jeunes, éparpillés dans tout Madagascar, présenteront leurs projets au ministère ou aux directions régionales. Nous allons ensuite étudier leur viabilité avec nos chargés d’études avant de les soumettre à ces opérateurs de Dubaï. Nous faciliterons la création de leurs propres industries une fois que leur projet sera lancé », a fait savoir le ministre de l’Industrie.

« WeChat ». Par ailleurs, un des membres de cette délégation d’opérateurs étrangers est un gérant associé du géant d’entreprise chinoise qui a développé « WeChat », une application mobile et de messagerie textuelle concurrençant directement Facebook et Whatsapp. On recense plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde. « Nous allons lancer cette technologie à Madagascar afin de faciliter toute transaction financière, même dans des régions reculées. Il s’agit en fait d’une autre forme de paiement en ligne via mobile permettant de développer le commerce électronique », a conclu Ny Rado Rafalimanana.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.