Air Madagascar : Des résultats positifs, des efforts à faire et quelques zones d’ombre



Jacaranda

Le processus de redressement d’Air Madagascar suit son cours. Pour les dirigeants de la compagnie, on fait état des résultats positifs. Dans une interview, le Directeur Général Besoa Razafimaharo affirme que, le déroulement du business plan suit son calendrier initial, malgré un décalage d’un mois au départ. Sur le terrain, tout n’est pas encore parfait puisque les passagers, aussi bien des lignes internationales que domestiques, continuent de se plaindre sur certains points négatifs. Par ailleurs, les débats restent ouverts en ce qui concerne les clauses de protection de la compagnie par le principe de l’ouverture du ciel aérien. La Banque Mondiale parle d’une protection limitée. Concernant les financements, l’Etat a fait un très gros effort en apurant les 100 millions de dollars dettes de la compagnie. Le partenaire stratégique Air Austral a déjà versé les 15 millions de dollars sur les 40 millions de participation au capital. Il reste encore 25 millions de dollars qu’Air Austral va emprunter. En somme, des résultats palpables sont enregistrés dans le processus de redressement d’Air Madagascar. Mais comme ce ne sont pas encore des résultats satisfaisants, énormément d’efforts restent encore à faire pour que les prestations de la compagnie arrivent à satisfaire les usagers. Et que surtout, l’accord de partenariat stratégique mérite les appuis financiers consentis par l’Etat, et donc par les contribuables, pour l’apurement de ses dettes. Enfin quelques zones d’ombre comme le financement par la CNAPS, méritent plus d’éclaircissements pour rassurer l’opinion publique. Les quelques éléments que nous présentons dans ce dossier vont d’ailleurs dans ce sens.

Dans l’interview que nous avons eue avec lui, le D G d’Air Madagascar parle de bons résultats obtenus dans le cadre de l’Accord de Partenariat Stratégique (voir article en page 9). Des résultats qui sont, en effet encourageants. Il reconnaît cependant que des efforts restent à faire. Et il a parfaitement raison puisque sur terrain, des anomalies sont toujours palpables. Pas plus tard que samedi dernier, notre confrère L’Express de Madagascar a évoqué une confusion sur les promotions de Tsaradia, la filiale d’Air Madagascar en charge du réseau domestique. Manque de clarté au niveau des tarifs, mauvaise qualité des services, heure de départ repoussée… constituent autant d’anomalies constatées. En somme, Air Madagascar qui a bénéficié d’une manne de l’Etat qui a apuré ses 100 millions de dollars de dettes, est soumise à une grande obligation de résultat.

Si l’Etat malgache a accepté cet effort, félicité d’ailleurs par les bailleurs de fonds, c’est qu’il attend de bons résultats rapides et palpables de la part des partenaires stratégiques Air Austral et Air Madagascar. L’objectif étant de réaliser les objectifs de développement du tourisme, un secteur essentiel pour la relance économique. Par ailleurs, conformément à la Lettre de Politique du Transport Aérien les ouvertures de nouvelles lignes (pour le moment, celles concurrentes avec Air Madagascar) s’imposent. Ne serait-ce par exemple que pour rentabiliser le nouveau terminal international d’Ivato qui sera opérationnel d’ici un peu plus d’un an. Un nouvel aéroport qui aura besoin de plus de compagnies aériennes et d’avion, avec sa superficie de 17.500 m², ses trois passerelles et sa capacité annuelle de plus de 1,5 millions de passagers. Sur ce point d’ailleurs, à chaque fois qu’il procède à la visite du chantier du nouveau terminal d’Ivato, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina insiste toujours sur cette nécessité, d’augmenter le nombre des lignes aériennes pour le développement du tourisme.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.