Carburants : Une rencontre entre le MEH et les transporteurs, sollicitée



Jacaranda

Les transporteurs publics ont réagi face à la hausse de prix des carburants à 50 Ar/litre appliquée depuis le début de ce mois d’août. Certaines coopératives ont augmenté les frais de transport à 500 Ariary tandis que d’autres revendiquent une baisse des prix à la pompe. Par contre, des économistes préconisent la publication d’un Décret stipulant la révision à la baisse du cours de devises. Face à cette situation, le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison a tenu à souligner en marge de l’atelier sur la stratégie nationale d’approvisionnement en bois énergie que, différentes théories ont été examinées dans la fixation des prix de carburants et que des règles économiques doivent être respectées. Il sollicite ainsi une rencontre avec les transporteurs en vue d’effectuer des échanges sur les structures de prix de carburants et la distribution pétrolière en général.

Hausse de 600 Ariary/litre. « L’Etat a décidé de ne plus subventionner les prix des produits pétroliers car cela ne profite pas aux populations les plus vulnérables. Cependant, un système de lissage ou une augmentation progressive des prix à la pompe, a été appliqué afin d’atténuer les chocs. La dernière hausse aurait dû être à 120 Ariary/litre mais l’on n’a procédé qu’à une augmentation de l’ordre de 50 Ariary/litre. En suivant ce rythme ascendant mensuel, l’on peut atteindre la vérité des prix en l’espace de six mois, soit une augmentation de l’ordre de 600 Ariary/litre », a –t-il expliqué. Par ailleurs, le ministre de tutelle appelle à une consommation responsable des automobilistes afin de réduire les embouteillages.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.