Secteur financier : L’argent mobile au service de  l’inclusion financière



Jacaranda
Les opérateurs mobiles contribuent à l’essor de l’inclusion financière.

L’association des banques et des institutions financières d’une part, et les opérateurs du secteur de l’argent mobile, de l’autre, peut contribuer à l’essor de l’inclusion financière.

 « Exploiter la technologie pour promouvoir l’inclusion financière ».  Telle est l’intitulé d’une étude de la Banque Mondiale sur le système bancaire à Madagascar. Une étude qui fait état de la faible bancarisation de la population malgache et qui suggère des solutions à ce problème. « Les niveaux de pénétration des banques à Madagascar sont parmi les plus bas d’Afrique. Accroître l’accès au  système financier pour les 41    % de la population  actuellement non bancarisées leur permettra de conserver et d’envoyer de l’argent de manière plus  sûre à l’avenir. Il ouvrira également des opportunités  d’accès au crédit pour démarrer ou développer une  activité pour ceux qui auparavant, n’étaient pas en  mesure d’accéder à ce type de service financier ».

Expansion rapide

L’argent mobile figure parmi les secteurs qui favorisent l’inclusion financière.  « Les données Findex récemment publiées, montrent  que le pourcentage d’adultes ayant un compte  auprès d’une institution financière ou d’un service  d’argent mobile à Madagascar a doublé au cours  des trois dernières années (de 9% en 2014 à 18% en 2017) mais c’est encore bien en dessous  de la moyenne de l’ASS de 43%.  Une expansion rapide de l’argent mobile offre des  possibilités d’accroître l’inclusion financière. La  croissance du secteur est facilitée par un nouveau  règlement sur la monnaie électronique, qui permet aux institutions financières autres que les banques  d’émettre de la monnaie électronique ». Sur ce point d’ailleurs, on a assisté ces dernières années à la profusion d’accords entre opérateurs mobiles et institution  de microfinance pour favoriser l’inclusion financière. « Les partenariats numériques entre le segment de  marché en croissance des institutions de microfinance  et les opérateurs d’argent mobile seront une  opportunité pour augmenter la portée des opérateurs  de réseaux mobiles », confirme la Banque Mondiale dans son étude.

Rôle prépondérant

En tout cas, la banque mobile est appelée à jouer un rôle prépondérant dans l’inclusion financière. La nouvelle stratégie nationale pour l’inclusion financière prévoit justement ce changement des services financiers à travers l’utilisation de la technologie mobile. La publication de la Banque Mondiale cite le cas de Tantely, une enseignante de 28 ans qui travaille  à Tsihombe, dans le sud profond de Madagascar. « Chaque  mois, Tantely est obligée de voyager pendant deux jours  pour récupérer son salaire. En conséquence, elle ne peut  pas remplir son obligation d’enseigner à l’école locale, doit  dépenser de l’argent pour le transport et se tourne vers  sa mère pour obtenir des services de garde durant son  absence, réduisant ainsi le temps de la famille consacré à  des activités agricoles. La banque mobile est sur le point de  changer cela. Grâce à une nouvelle initiative pilote, Tantely  recevra bientôt son salaire grâce à son téléphone portable,  lui permettant de passer plus de temps en classe et d’être  disponible pour participer à des activités productives ». Et Tantely n’est pas seule. En dépit d’être l’un des pays  les plus pauvres du monde, l’utilisation de l’argent mobile a augmenté de façon spectaculaire à Madagascar – une  augmentation de près de cinq  fois en trois ans seulement – mais à partir d’une base très faible.

Recuellis par R.Edmond

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.