BAD : Trois milliards USD pour soutenir les femmes sur dix ans



Jacaranda
Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, avec la ministre canadienne du Développement international, Marie-Claude Bibeau.

L’autonomisation des femmes, les énergies renouvelables, l’agriculture et les mécanismes de financements novateurs étaient au centre des débats au siège du Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement), la semaine dernière.

Un engagement partagé sur la promotion des femmes en Afrique. C’est ce qui est sorti de la rencontre entre la ministre canadienne du Développement international, Marie-Claude Bibeau, et du président de la BAD, Akinwumi Adesina, à Abidjan, Côte d’Ivoire. Les deux responsables se sont réunis au siège de la BAD, et ont mené des échanges avec d’autres hautes personnalités, sur des questions liés à l’approche genre, l’agriculture, l’énergie et l’accès aux financements. A noter que le Canada est le quatrième plus grand contributeur à la BAD parmi les membres non régionaux et le sixième donateur en importance au Fonds africain de développement (FAD), l’organe concessionnel du Groupe de la Banque. « Si nous voulons mettre fin à la pauvreté, les femmes en Afrique doivent être en mesure de développer pleinement leur potentiel. Elles ne doivent plus être perçues comme de simples bénéficiaires du développement, mais comme des agents de changement », a soutenu la ministre canadienne. D’après ses dires, 15% du budget de son département ministériel est affecté à des projets transformateurs pour les femmes, au Canada.
Opportunités. Pour la BAD, la stratégie en matière d’approche genre est un élément central de la vision ambitieuse, basée sur le fait que l’égalité entre les sexes fait partie intégrante du développement économique et social de l’Afrique. La vision inclut la création d’opportunités pour les femmes, les personnes défavorisées et marginalisées et les communautés, afin qu’elles puissent participer pleinement et bénéficier du développement de leurs communautés et nations. En 2017, la BAD a enregistré des réalisations exceptionnelles, avec des décaissements de plus de sept milliards USD, soit la meilleure performance depuis sa création en 1964. Une bonne partie de ce budget est destinée à promouvoir les femmes. « De 2010 à 2017, les opérations de la Banque ont eu un impact positif sur la vie de millions d’Africains. Quatre-vingt-trois millions d’Africains ont bénéficié d’un meilleur accès aux transports et 49 millions ont accès à l’eau potable et à l’assainissement. Neuf millions de femmes africaines ont été connectées à l’électricité et les conditions de vie de 29 millions de femmes supplémentaires ont été considérablement améliorées grâce à l’amélioration de l’agriculture », a indiqué le président de l’institution. Il a profité de l’occasion pour faire appel à une plus grande mobilisation des ressources en faveur des femmes. A noter que la BAD prévoit déjà de réunir un fonds de garantie de 300 millions USD pour l’initiative AFAWA (Affirmative Finance Action for Women). Celle-ci devrait mobiliser près de 3milliards USD sur dix ans pour le développement des capacités, accès au financement et réformes politiques, juridiques et réglementaires pour soutenir les entreprises dirigées par des femmes.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.