Risques pays : Les présidentielles, un risque non négligeable selon la Coface



Jacaranda
Une crise postélectorale de plus fera énormément du mal au pays.

Après la crise sans fin née des événements de 2009 – 2013, le pays a connu un retour à la croissance. Mais  la crise postélectorale que  craignent les observateurs risque de tout faire tomber à l’eau

Qui parmi les 36 candidats officiellement retenus par la Haute Cour Constitutionnelle sera élu Président de la République de Madagascar ? Difficile pour le moment de pronostiquer puisque nombreux sont les candidats considérés comme favoris. Et la surprise pourrait également provenir d’un candidat non encore connu.

Démocratiquement élu

Mais ce que souhaite tout le monde, c’est que ces élections présidentielles  se déroulent dans le calme et aboutissent à la proclamation d’un nouveau Président de la République démocratiquement élu. A défaut, ce sera de nouveau une crise que craignent d’ailleurs, aussi bien la communauté internationale que les observateurs économiques. On rappelle sur ce point que, lors du 38e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement à Windhoek, Namibie, la SADC avait, par exemple, fait état de son inquiétude sur une crise postélectorale. Pour sa part, la COFACE considère la tenue des élections présidentielles de 2018, comme un risque. Dans son dernier rapport sur Madagascar, la Compagnie Française du Commerce Extérieur constate notamment que : « L’agenda politique sera dominé par les élections présidentielles et législatives qui devront se tenir avant décembre 2018 (finalement avancées en novembre). Ce sera la seconde élection présidentielle après celle de 2013 qui avait permis de mettre fin à quatre ans de crise politique, déclenchée par un coup d’État en 2009. Le président H. Rajaonarimampianina qui a souvent dû faire face à la gronde sociale dans un pays qui souffre de la pauvreté, de la corruption et d’infrastructures déficientes, devra certainement batailler pour rester en place. L’organisation des élections présidentielles présente donc un risque non négligeable ».

Catégorie D

Bref, une crise postélectorale risque encore d’aggraver la situation  qui n’est pas du tout reluisante. En effet dans son dernier classement risques-pays, la COFACE classe encore Madagascar dans la catégorie D qui regroupe les pays à risques très élevés pour les investissements. Une donne qui pourrait changer si le pays ne subit pas une fois de plus une crise. En effet, les  études menées actuellement par les bailleurs de fonds  font état d’un retour progressif vers la croissance et les efforts menés par les autorités pour le développement économique.  La COFACE confirme cette reprise en annonçant : «Toutefois, l’élan retrouvé depuis la crise politique (2009-2013) devrait reprendre sa marche en 2018. Après deux années de mauvaises récoltes, l’activité du secteur agricole, qui représente près d’un quart du PIB, devrait être plus porteuse. Dans le secteur secondaire, l’agro-industrie bénéficiera, notamment, de la montée en puissance des usines sucrières de Nosy-Be et Morondava. De son côté, l’industrie textile devrait continuer à jouir de la réintégration de Madagascar à l’African Growth and Opportunity Act (AGOA). Ce secteur devrait également être l’un des principaux bénéficiaires de l’adhésion de l’île à l’Afreximbank en juin 2017. Les perspectives pour le secteur du tourisme s’éclaircissent également après avoir souffert de la mauvaise publicité offerte par la crise politique, bénéficiant, de plus, d’une dynamique de croissance plus positive en Europe (dont est originaire la majorité des touristes). Identifié pour son potentiel dans le Plan National de Développement 2015-2019 (PND), le tourisme bénéficie de l’afflux d’investissement public. L’investissement dans le cadre du PND, visant à développer les infrastructures, devrait donc continuer à tirer la croissance, également dans le secteur de la construction. L’activité dans ce secteur bénéficiera aussi des travaux de reconstruction consécutifs au passage d’Enawo ».

Recueillis par R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.