Carburants : Vers une nouvelle hausse des prix à la pompe en fin de semaine



Jacaranda
Une hausse des prix à la pompe n’est pas à écarter en fin de semaine.

Le week-end prochain risque une fois de plus d’être celui de la mauvaise surprise pour les automobilistes.

4 100 ariary, pour l’essence sans plomb 95, 3 450 ariary pour le gas-oil, et enfin 2 530 ariary pour le pétrole lampant. Ce sont les prix à la pompe affichés actuellement dans toutes les stations-service de Madagascar.

Cours mondiaux. Pour rappel, une hausse des prix à la pompe était décidée en début de ce mois d’août. Les prix de l’essence, du gas-oil et du pétrole lampant avaient augmenté chacun de 50 ariary. Une hausse consécutive, rappelons-le aussi bien à l’évolution des cours mondiaux du pétrole brut que du taux de change de l’ariary par rapport au dollar qui est la monnaie de référence du marché pétrolier. On rappelle également que les autorités ont déjà expliqué que les hausses devraient être plus conséquentes, mais afin d’amoindrir ses impacts, l’on applique une hausse progressive tous les mois. En somme, normalement, une nouvelle hausse devrait être appliquée en début septembre, c’est-à-dire, ce week-end.

Brut. Ce d’autant plus que durant ce mois d’août, le brut a continué sa tendance à la hausse. Sur le site de l’Office Malgache des Hydrocarbures, le Brent est à 71,28 USD et le WTI à 67,35 USD. Ces deux catégories ont respectivement augmenté de 0,6% et de 1,4%. Pour précision, le Brent est un pétrole assez léger, issu d’un mélange de la production de 19 champs de pétrole situés en mer du Nord (Ecosse). Malgré une production limitée, le Brent (avec le Forties, l’Oseberg et l’Ekofisk) sert de brut de référence au niveau mondial. Son prix détermine celui de 60 % des pétroles extraits dans le monde. Quant au WTI qui est également connu sous le nom de « Texas Light Sweet crude », c’est un brut plus léger que le Brent. Il est extrait en Amérique du Nord et son prix est utilisé comme standard dans la fixation du prix du pétrole brut et comme matière première pour les contrats à terme sur le pétrole auprès du « New York Mercantile Exchange » (bourse des matières premières). Ses propriétés et son site de production le rendent idéal pour être raffiné aux États-Unis, surtout dans le Midwest et les régions de la Côte du Golfe. En ce qui concerne les cours de change, l’ariary est resté relativement stable ces deux derniers mois par rapport au dollar et a même gagné quelques points comparé à l’euro.

Tollé général. En tout cas, si hausse, il va y avoir, à la fin du mois, elle ne devrait pas dépasser les 50 ariary par litre pour chaque produit pétrolier. Une nouvelle hausse qui risque une fois de plus de provoquer le tollé général du côté des transporteurs dont certains ont déjà décidé de réviser leur tarif à la hausse. Selon les analystes, l’alternative pouvant bloquer cette hausse régulière des prix à la pompe serait que les pétroliers acceptent eux-mêmes de réduire leur marge. Effectivement, du côté du gouvernement Ntsay Christian, l’on commence à taxer les distributeurs pétroliers de faire un super bénéfice. On envisage d’ailleurs sérieusement de réactualiser l’actuelle structure des prix. Mais les discussions sur cette révision de la structure des prix à la pompe risquent, une fois de plus de se prolonger car les pétroliers entendent défendre coûte que coûte leur position. On rappelle que la dernière discussion sur la structure des prix a pris plusieurs mois.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.