CNAPMAD : Une société en redressement



Jacaranda
Le directeur du CNAPMAD, Rajaonarivelo Brysola, est confiant à la redynamisation de cette société d’Etat.

Le Centre National de Production de Matériel Didactique (CNAPMAD) est l’une des sociétés d’Etat qui n’a pas été privatisée dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de l’Ajustement Structurel imposée par les bailleurs de fonds.

Ayant actuellement 37 années d’existence, cet Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) a pu s’en sortir malgré la crise qui a prévalu dans le pays durant le régime de la Transition. Après un certain « rebranding », « nous sommes en plein redressement. C’est pourquoi, nous continuons à améliorer nos infrastructures y compris les locaux, étant donné que bon nombre de nos machines industrielles sont en ce moment en état de désuétude », a expliqué Rajaonarivelo Brysola, le directeur du centre lors d’une rencontre avec la presse.

Tirage des sujets d’examens. Notons que cette société d’Etat se charge notamment de la réalisation des travaux d’imprimerie, ainsi que de la fabrication des mobiliers scolaires et des matériels didactiques, comme son nom l’indique. Elle se lance en même temps dans la diversification de ses activités, en effectuant entre autres, des travaux de menuiserie tels que la fabrication des meubles, et ce, dans le but de prospecter de nouveaux marchés. Elle fabrique également du verre. Et une des particularités du CNAPMAD, ce centre national assure l’impression et le tirage des sujets d’examens officiels comme le CEPE et le BEPC, et ce, depuis des années. « Et malgré les difficultés que nous rencontrons, nous avons encore pu effectuer les tirages des sujets d’examens pour cette année. Ensuite, nous comptons renforcer notre partenariat avec les organismes internationaux surtout les agences des Nations Unies dont entre autres, l’UNICEF et la FAO ainsi que les autres entreprises privées afin de redynamiser la société », a-t-il enchaîné.

Capital humain. Par ailleurs, le Centre National de Production de Matériel Didactique mise sur le renforcement de capacité de ses 170 collaborateurs. En fait, investir dans le capital humain constitue une condition sine qua none pour faire redresser  une telle société d’Etat qui a quand même des potentiels malgré ses grandes difficultés en termes d’infrastructures et de parc industriel. Le directeur du centre, Rajaonarivelo Brysola reconnaît également qu’il faut passer par plusieurs étapes pour atteindre à cette fin.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.