Agenda 2063 sur le développement : Semaine de l’évaluation organisée par la BAD à Abidjan  



Jacaranda
Le département IDEV de la BAD a organisé une semaine de l’évaluation des avancées sur le développement des pays d’Afrique.

Le département de l’Évaluation indépendante du développement (IDEV) de la Banque africaine de développement (BAD) a organisé sa Semaine de l’évaluation du développement, le 6 septembre dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

La semaine a vu la présence de 400 participants, notamment des responsables politiques et décideurs gouvernementaux, représentants des partenaires au développement, ainsi que des membres d’instituts de recherche, d’organismes universitaires, d’associations d’évaluation et de la société civile. Des représentants des pays actionnaires de la BAD, certains de ses dirigeants et des membres du personnel étaient également présents à cet événement organisé pendant trois jours. La Semaine de l’évaluation 2018 s’est penchée sur ce que peut apporter l’évaluation pour obtenir un plus grand impact sur le développement en Afrique en tirant les leçons du passé. L’événement s’est ouvert le 6 septembre sur un Café des connaissances, axé sur l’évaluation au service d’un plus grand impact des opérations de la Banque, un atelier de perfectionnement professionnel sur le genre et à l’évaluation et un débat sur les critères d’évaluation du Comité d’aide au développement de l’OCDE.

Orientations. Les évaluations d’IDEV et ses activités de connaissances jouent un rôle décisif dans la direction stratégique à donner pour accomplir au mieux les cinq grandes priorités de la BAD, qui viennent compléter les objectifs ambitieux de l’Agenda 2063, visant à combler le déficit en infrastructures sur le continent et à encourager les projets de développement à même de sortir les générations futures de la pauvreté. Elles offrent ainsi aux décideurs et aux responsables des connaissances basées sur des données probantes, des plus utiles pour définir les politiques, les stratégies et les cadres propices à une prospérité économique et sociale partagée. De nombreux pays africains en voie de transformation ne parviennent pas à obtenir ou établir des résultats, des indicateurs et des objectifs qui soient à la fois mesurables, pertinents et efficaces. Des outils de suivi et d’évaluation performants leur permettent justement de tirer les leçons des succès et des échecs du passé, et de mieux conduire la transformation de leur pays. « Tirant, de façon constructive, des enseignements de ses réussites antérieures, la BAD ausculte l’expérience acquise et les erreurs commises, comme des composantes et des outils essentiels pour promouvoir la reddition de comptes dans le domaine du développement, et comme un élément crucial pour renforcer l’impact sur le développement », a déclaré le vice-président de la Banque chargé du secteur privé, des infrastructures et de l’industrialisation Pierre Guislain. Mettre à profit les évaluations établies sur des données probantes et les enseignements tirés permet d’éviter de reproduire les erreurs du passé dans les projets en cours et à venir, et offre aux décideurs politiques et aux chargés de la mise en œuvre les informations requises pour apporter des changements ou s’engager sur une nouvelle voie, en vue de garantir des résultats efficaces.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.