African Risk Capacity : Désormais membre du Forum économique mondial

Jacaranda

La réduction des risques de catastrophes naturelles et la résilience, dans les pays pauvres d’Afrique, seront discutées plus sérieusement par les leaders mondiaux, avec l’adhésion de l’ARC (African Risk Capacity) au Forum économique mondial.

Plus de 1000 catastrophes, souvent accompagnées de crises humanitaires dévastatrices, ont été enregistrées dans la région de l’Afrique Subsaharienne, au cours des quatre dernières décennies. La fréquence croissante de ces événements hydrométéorologiques extrêmes, imposant des défis et des efforts déployés par l’Afrique pour atteindre les objectifs de sécurité alimentaire et de développement, ont garanti le développement d’une solution locale. A noter que l’Union africaine (UA) a créé l’ARC en tant qu’agence spécialisée pour répondre aux impacts des phénomènes météorologiques extrêmes et des catastrophes naturelles. Celui-ci a évolué avec la création de sa filiale, l’Africa Risk Capacity Insurance Company Limited (ARC Ltd). Ensemble, ARC Agency et ARC Ltd, qui constituent le groupe ARC, représentent un modèle de partenariat public-privé efficace pour le financement et la gestion des risques de catastrophes naturelles sur le continent. Jusqu’à présent, l’ARC a versé un total de 36 millions USD aux pays membres touchés par la sécheresse, ce qui a directement aidé 2,1 millions de personnes et plus d’un million de têtes de bétails.

Préventives. « En tant qu’organisation internationale menant des dialogues pour la coopération public-privé, le Forum économique mondial est particulièrement bien placé pour permettre à l’ARC de rejoindre d’autres parties prenantes mondiales dans un dialogue utile et mutuellement bénéfique sur le financement et la gestion des risques climatiques et des catastrophes naturelles », ont indiqué les représentants de l’entité. S’exprimant au sujet des membres, le DG Mohamed Beavogui, a expliqué que le concept de l’ARC repose sur la logique fondamentale selon laquelle il est financièrement efficace et plus économique de réagir plus tôt à une catastrophe avant qu’elle ne dégénère en crise. « Notre intervention précoce aide à sauver des vies et des moyens de subsistance, chaque dollar investi dans l’ARC économisant près de quatre dollars et demi après une crise », a-t-il indiqué. Les experts du développement en matière de financement et de gestion des risques climatiques et des catastrophes naturelles conviennent qu’une telle approche est essentielle pour renforcer la résilience des pays et des communautés. Plus important encore, cela contribue également à réduire la dépendance des pays africains vis-à-vis du système humanitaire international pour financer la réponse aux catastrophes sur le continent. Selon le document officiel du Forum économique mondial, l’un des moyens les plus efficaces d’engager cette institution, consiste à mettre en œuvre ses initiatives systémiques. Cela contribue à cultiver une vision commune du changement, à encourager l’innovation et l’action à grande échelle et à permettre une responsabilité mutuelle offrant une réponse public-privé plus efficace aux défis mondiaux complexes.

Recueillis par Antsa R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.