Ressources minières : Mise en place des BAM pour améliorer la gouvernance de proximité

Le nouveau BAM inauguré à Andohanilakaka.

Le ministère des Mines et du Pétrole continue de mettre en place un service de proximité au profit de la population résidant dans les sites miniers qui se trouvent notamment dans les zones enclavées.

C’est pourquoi des Bureaux d’Administration Minière ont été mis en place tout récemment dans les communes rurales d’Andohanilakaka et de Sakaraha dans la région d’Ihorombe. « Il s’agit d’un outil permettant d’améliorer la gouvernance de proximité des ressources minières » a expliqué le ministre de tutelle Henry Rabary-Njaka lors de leur inauguration dans le district de Sakaraha. Le premier BAM constitue un bâtiment qui a été construit dans le cadre du Projet de Gouvernance du Secteur Minier (PGRM) avec l’appui de la Banque  mondiale en 2008. Ce bâtiment a fait office de bureaux de la commune rurale d’Andohanilakaka depuis 2014 jusqu’à ce que celle-ci ait pu déménager dans un bâtiment flambant neuf. Ensuite ce Bureau d’Administration Minière est désormais opérationnel. Après des travaux de réhabilitation ont été ensuite réalisés. Par contre le second BAM constitue un bâtiment neuf équipé de mobiliers de bureau innovants et de matériels informatiques comme le GPS. C’est le fruit d’un partenariat entre le projet PAGE/GIZ et le ministère des Mines et du Pétrole.

Contrôle et suivi. Notons que les principales attributions du BAM sont d’informer et de vulgariser le texte en vigueur auprès des groupements des petits exploitants miniers des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) des Services Techniques Déconcentrés (STD) et des opérateurs. Ce qui permettra en même temps d’améliorer le contrôle et suivi des activités des opérateurs locaux tout en recensant les acteurs existants qui opèrent dans le secteur. On peut citer entre autres les exploitants les commerçants et les exportateurs miniers. En outre le BAM peut soutenir les CTD à la perception de la ristourne et redevance minière pour améliorer l’assiette fiscale sur les produits miniers. Le renforcement de leur capacité à prendre en main le développement de leurs localités via le secteur minier n’est pas en reste. Le BAM est également chargé de collecter les recettes minières telles que le droit de collecte les ristournes et redevances ainsi que d’encadrer et former les opérateurs miniers pour améliorer leurs capacités sans oublier la formalisation des métiers des petits exploitants et des artisans miniers.

Améliorer le niveau de vie. « La mise en place de ces BAM contribue ainsi à la formalisation effective et durable des activités extractives locales notamment celles de la petite mine mais surtout de permettre aux CTD de jouir pleinement des ristournes issues des grandes exploitations » a précisé le ministre des Mines et du Pétrole Henry Rabary-Njaka. « Ces infrastructures reflètent la vision de laisser le meilleur des héritages à la génération future et que le secteur extractif exploité comme il le faut ne peut que contribuer à l’amélioration du niveau de vie socio-économique de la population locale » a-t-il enchaîné. Notons que ces Bureaux d’Administration Minière sont opérationnels dans les zones à forte potentialité minière. A titre d’illustration Sakaraha et Ilakaka regorgent des pierres précieuses de différentes variétés pour ne pas parler que du saphir bleu. Près de 40 % du saphir écoulé sur le marché mondial en proviennent.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.