« Madagascar Oil » : Bientôt un nouveau terminal pétrolier à Maintirano

Jacaranda
Le ministre des Mines et du Pétrole Henry Rabary- Njaka  a participé à la cérémonie de pose de première pierre.

L’exploitation de l’huile lourde de Tsimiroro figure parmi  les grands investissements qui vont contribuer au développement de Madagascar.

« Madagascar Oil » reprend ses activités sous l’appellation MOSA ou « Madagascar Oil Société Anonyme ». Et avec la bonne manière, puisque la société pétrolière débute l’opération par un très grand projet d’infrastructures. Il s’agit, en l’occurrence,  du projet terminal pétrolier au  port de Maintirano.

Optimisé. La pose de la première pierre  de ce terminal pétrolier a eu lieu  la semaine dernière en présence du staff de MOSA et des autorités étatiques. Les infrastructures permettront à MOSA de rattraper son retard  dans l’exploitation de l’huile lourde de Tsimiroro. Le système de distribution sera ainsi optimisé, puisque « Madagascar Oil » pourra distribuer au niveau national qu’international. Faut-il en effet rappeler que MOSA dispose déjà d’un stock de 160 milles barils d’huile lourde en attente depuis  deux ans.  Dans son discours inaugural, Russel Kelly, l’administrateur général de MOSA a notamment déclaré que  le démarrage de la distribution se fera sans attendre l’opérationnalité du terminal pétrolier. MOSA va ainsi réhabiliter la RN1 bis, reliant Tsimiroro et la ville portuaire de Maintirano pour permettre aux camions  de sortir la production.  Ces travaux de réhabilitation routière débuteront d’ici peu, puisque MOSA n’attend plus que  les autorisations administratives. Il en est de même  pour la construction  future d’un pipeline qui acheminera l’huile lourde jusqu’au port de Maintirano.

Belle perspective. Cette reprise des activités aura, en tout cas son pesant d’or dans l’économie nationale. Les perspectives sont nombreuses pour  l’exploitation de l’huile lourde de Tsimiroro. Notamment dans le domaine des exportations, puisque la demande locale est encore relativement faible.  Outre la Jirama qui consomme, à elle seule 80% des besoins locaux, les quelques consommateurs sont représentés par une poignée  de grandes industries malgaches.  La faiblesse de la demande locale, s’explique aussi par le fait que la Grande Ile figure parmi les pays qui consomment peu de carburants en Afrique  subsaharienne. La consommation  annuelle de carburants ne dépasse pas le million de mètre cube.

En effet, même avec une consommation annuelle avoisinant le million de mètre cube de carburant, Mada­gascar en importe moins que le voisin mauricien. Une belle perspective en somme. Mais en attendant « Madagascar Oil » engage de nombreuses actions  pour le développement de ses deux régions d’intervention que sont  le Melaky et le Menabe. Par ailleurs, si les conditions  techniques le permettent, Maintirano fera office de ville pilote en matière d’utilisation d’huile  lourde.

R.Edmond.

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. deja, felicitation a madagascar oil et le gouvernement malgache pour cet aboutissement de l’exploitation petroliere.
    un grand merci au dirigent. russel kelly et tout le monde a maintirano qui vont etre maintenant ces etroites collaborateurs.
    que dieu vous gard.

  2. Bemolanga eh …

  3. Finally one step forward!
    So long everyone will really understand what is what and who is who!
    Good luck MOSA for your endeavor. GREAT!
    It was due for the east, north and middle east off shore of Madagascar as of september 2008 to …!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.