Transformation de l’agriculture : Identification des espaces de croissance et des filières prioritaires

Des études sur le Programme de Transformation de l’Agriculture Malagasy (PTAM) ont été menées depuis plusieurs mois, sur financement de la Banque Africaine de Développement (BAD).

« Ce qui a permis d’identifier des espaces de croissance et des filières prioritaires qui méritent d’être développées à Madagascar », a expliqué le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Rakotobe Tovondriaka, lors d’un atelier de restitution des résultats de ces études hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Un espace de croissance agricole est une région ayant du potentiel, et est favorable à la réussite de cette transformation de l’agriculture.

Critères de sélection. De nombreux critères ont été soulevés pour pouvoir les sélectionner. Il s’agit notamment de la disponibilité d’une grande superficie de terrains agricoles et de zones de pâturage, et de la connectivité de la région aux marchés et à l’information. En fait, seules 10% des routes  rurales sont accessibles tout au long de l’année. Or, une agriculture moderne a besoin d’une infrastructure de transport de qualité, d’une logistique efficace et d’un accès fiable aux NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) pour accéder aux marchés. En outre, la performance de la commercialisation de l’agriculture et la disponibilité des services d’appui, ainsi que la présence des unités agro-industrielles dans une région, constituent d’autres critères de sélection d’un espace de croissance. En effet, « plus les agro-industries sont développées dans une région, plus celle-ci est avancée sur le chemin de la transformation de l’agriculture. Ainsi, quatre espaces de croissance ont été sélectionnés, à savoir Atsimo-Andrefana, qui dispose maintenant de plus de 20 000 ha de rizicultures aménagées, Atsinanana, Menabe-Vakinankaratra et SOFIA », a-t-il ajouté.

Opportunités d’investissement. Quant aux filières prioritaires, le riz, les légumineuses, notamment le pois du cap, les ovins et les caprins ont été choisis pour la région Atsimo-Andrefana. Le miel, la culture d’exportation et les fruits tropicaux, eux, l’ont été pour l’Atsinanana. Concernant l’espace de croissance Menabe-Vakinankaratra, les études ont porté sur le riz, les légumineuses comme le haricot, le lait, les fruits temperés et la viande bovine. Et enfin, pour SOFIA, le riz, le black eyes, la viande bovine et l’oignon seront développés. Par ailleurs, des opportunités d’investissements pour chaque filière ont également été identifiées à l’issue de ces études sur le PTAM.  Des investissements qui peuvent prendre la forme de partenariat entre l’Etat et le secteur privé, y compris les organisations professionnelles, afin de soutenir l’agriculture familiale, l’agri-business et la transformation agricole. Bref, « nous avons financé ces études car la transformation de l’agriculture fait partie des priorités de l’Etat malagasy et de la BAD. C’est extrêmement important pour permettre aux autres bailleurs de fonds de s’y mettre ou de déboucher sur d’autres projets ou programmes relatifs à ce sujet », a conclu un représentant de la BAD.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.