Conjoncture économique : Faible performance du secteur agricole

Malgré les énormes potentialités, l’agriculture n’est  pas une priorité des dirigeants malgaches.

La grande majorité de la population malgache vit  en milieu rural et dans des conditions d’extrême pauvreté.

Le futur président de la République élu fera-t-il de l’agriculture une priorité ? La question se pose  dans la mesure où, au cours de la campagne électorale, les promesses ont surtout été axées sur les grandes infrastructures urbaines.

Le plus important

Et pourtant, l’agriculture demeure encore et toujours le secteur le plus important de l’économie. Jusqu’à présent, environ 80% de la population malgache exerce des activités agricoles principalement dans les zones rurales, où l’agriculture de subsistance est la principale source de revenus. Malheureusement, faute d’une politique de développement agricole efficiente, l’agriculture ne s’est pas développée convenablement ces dernières années. Dans une étude récente, la Banque Mondiale confirme cette réalité en annonçant que  « la performance constamment médiocre du secteur  agricole signifie que la majorité de la population ne  ressent pas les retombées de la croissance économique ».

Inquiétante

Du coup, la pauvreté en milieu rural affiche depuis des années une proportion inquiétante. « Entre 2001 et 2012 (dernières données  disponibles), 77% de la population rurale vivait en  dessous du seuil national de pauvreté – un chiffre qui est  resté inchangé. Et entre 2014 et 2017, le secteur agricole  s’est contracté en moyenne de 0,8% par an. Ce qui  indique que la croissance économique de ces dernières années ne s’est pas traduite par une amélioration significative du bien-être de la population rurale. Le  secteur agricole est limité par une faible productivité des  biens et services dans  les zones franches économiques où les investisseurs bénéficient de généreuses incitations fiscales et d’une main-d’œuvre abordable. Cependant, la performance du secteur primaire continue d’être  décevante, avec une contraction de la production d’un  point de pourcentage en 2017 ».

Enormes potentialités

Un secteur agricole pauvre qui contraste avec les énormes potentialités dont dispose le pays. Pour ne citer que les conditions climatiques qui sont favorables au développement agricole. « Les conditions climatiques de Madagascar peuvent  être à la fois une bénédiction et une malédiction pour  les performances agricoles. Le climat unique du pays a  permis à certaines cultures de rente comme la vanille, le girofle et d’autres épices, de prospérer et de soutenir les  moyens de subsistance des agriculteurs engagés dans ces  secteurs agroalimentaires. Malgré les effets des cyclones  Ava et Eliakim au début de l’année 2018, les recettes tirées  de la production de vanille sont restées fortes car les  prix sont restés élevés. Ce qui devrait attirer de nouveaux  agriculteurs cherchant également à bénéficier de prix élevés. Cependant, la grave sècheresse et les cyclones  de 2017 ont réduit l’offre de riz produit localement

(principale denrée de base du pays) d’environ 20% ».

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.