Affaire Paositra Malagasy : Des dessous douteux, le DG sortant saisit le Conseil d’Etat



Jacaranda
Le DG sortant de la Paositra Malagasy soutient qu’il faut attendre la décision du Conseil d’Etat, et ne pas faire du forcing en précipitant les choses.

Le directeur général de la Paositra Malagasy, Augustin Nirina Rakotomalala,  limogé la semaine dernière, sort du silence. Se déclarant comme légaliste, celui-ci a affirmé que son remplacement à la va-vite est douteux et n’a pas respecté les procédures légales.

C’est confirmé ! Les distorsions existent bel et bien au sein de la Paositra Malagasy. Le week-end dernier, c’étaient quelques représentants du personnel de l’établissement, qui ont exprimé leurs mécontentements, suite à la nomination du nouveau DG Richard Ranarison. Le jour de la passation – en l’absence du DG sortant, constaté par un huissier, le 5 décembre dernier – ces employés que nous avons rencontrés à l’entrée de la salle de cérémonie, ne voulaient pas s’exprimer, se disant être victimes d’intimidation et de menaces indirectes de la part des dirigeants de leur département. L’affaire devait donc être classée, mais ce n’est pas le cas. Hier soir, le DG sortant Augustin Nirina Rakotomalala a publié une déclaration affirmant que la passation de service du 5 décembre 2018 confirme le forcing perpétré par le Conseil d’Administration, depuis déjà plusieurs mois.

Louche. « La passation de service a été organisée d’une manière bousculée à Antaninarenina. Je suis un légaliste et prêt à faire la passation de service à condition qu’elle soit effectuée dans les règles de l’art et dans le respect de la loi. En tant que postier de carrière, la préservation de l’intérêt de l’entreprise et celui du personnel demeure ma préoccupation principale », a déclaré Augustion Nirina Rakotomalala, dans son communiqué. D’après ses propos, le problème actuel réside sur le fait que la nomination du nouveau Directeur général n’a pas été faite selon les règlementations en vigueur. « C’est pour cela qu’une requête a été déposée auprès du Conseil d’Etat, autorité compétente pour statuer. Ici, je lance un appel à l’ensemble du personnel de la Paositra Malagasy de rester calme. Qu’on ne soit pas entraîné dans une quelconque tentative de perturbation et de déstabilisation. Le Conseil d’Etat va statuer dans quelques jours, pourquoi tant de précipitation quant à la réalisation de cette passation de service ? », a-t-il souligné. D’après ses explications, il n’a été ni sanctionné, ni traduit devant le conseil de discipline. « De ce fait, les conditions sont remplies pour affirmer que le PCA de la Paositra Malagasy a fait une dénonciation abusive, en publiant dans les journaux qu’une faute professionnelle a été commise en ma personne », a-t-il annoncé. Bref, des zones d’ombre restent à éclaircir sur cette affaire. La Paositra Malagasy, qui était un établissement très calme devient soudainement très mouvementé, avec des employés qui tendent à suivre les traces de ceux de la JIRAMA, en réclamant un dirigeant accepté.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.