Entreprenariat : Le potentiel des femmes africaines mis en avant aux Nations Unies

Isabel dos Santos, la femme la plus fortunée d’Afrique.

Au cours d’un débat aux Nations Unies à New York, Isabel dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique, a soutenu que l’autonomisation économique des femmes africaines représente un élément essentiel dans la transformation de la société.

Espoir et encouragements ! C’est ce que la femme milliardaire, Isabel dos Santos, a dit dans ses propos qui ont inspiré de nombreux citoyens de pays africains, principalement des jeunes femmes, à poursuivre leurs ambitions dans le monde des affaires. Isabel dos Santos estime que certains des entrepreneurs les plus prometteurs et les plus prospères du monde étaient africains grâce à l’esprit d’entreprise du continent. Cet esprit a été cependant miné par la stigmatisation des femmes sur le lieu de travail. Cela a privé l’économie de précieux innovateurs et empêché les femmes de réaliser leurs ambitions. Mais en veillant à ce que les jeunes femmes puissent accéder à la même éducation, aux mêmes possibilités d’emploi et au même potentiel de croissance que les hommes, on peut changer cette attitude et inspirer une confiance nationale envers les femmes, selon la milliardaire.

Bon exemple. Ce type de raisonnement s’inscrit dans sa philosophie plus générale de la réforme : « D’abord la graine, ensuite l’avenir ». Ce dicton semble aller à l’encontre du changement immédiat mais au contraire, favorise une croissance lente et régulière. « Les graines qu’il faudrait planter sont également liées à la liberté économique des femmes, en créant des emplois, en assurant des formations et en brisant les discriminations sexistes. Les femmes peuvent connaître davantage de stabilité financière tout en offrant à leur pays d’origine une plus grande influence dans l’économie internationale », a soutenu Isabel dos Santos. Pour les jeunes femmes d’affaires de nombreux pays africains, le succès de dos Santos constitue une lueur d’espoir. En effet, son ascension vers la richesse a été entachée par le sexisme qu’elle a dû endurer dans le monde des affaires africain dominé par les hommes. Elle ne manque pas d’anecdotes sur les préjugés et la discrimination liés à sa condition de femme, par exemple lors de réunions d’affaires où les gens avec qui elle négocie se tournent vers son assistant, son conseiller ou son avocat masculin pour obtenir sa validation, même si elle a déjà fait une offre. A noter qu’Isabel dos Santos est la fille de José Eduardo dos Santos, ancien président angolais de longue date. Une grande partie de sa richesse provient de ses investissements et de son ancien poste de présidente d’une compagnie pétrolière appartenant à l’État, Sonangol. Dos Santos se considère comme femme d’affaires et investisseur indépendante et est devenue la première femme milliardaire d’Afrique et se situe, selon Forbes, au 9e rang des milliardaires les plus riches d’Afrique pour 2018.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.