Pratiques frauduleuses : ALG Global Concept et son DG dans la liste noire de la BAD

Le Groupe de la BAD est très strict quant au respect de l’intégrité dans la réalisation des projets de développement.

Le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD (Banque africaine de Développement) a déclaré, mercredi dernier, que l’entreprise ALG Global Concept et son directeur général se sont livrés à de nombreuses pratiques frauduleuses.

 Le Groupe de la BAD – strict en ce qui concerne le respect de l’intégrité dans la mise en œuvre des projets de développement – a affirmé que cette entreprise, ainsi que son DG Abuharaira Labaran Gero sont exclus pour 36 mois de tous les projets qu’il finance dans divers pays. Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD a révélé qu’ALG Global Concept et son directeur général se sont livrés à de nombreuses pratiques frauduleuses lors de la soumission pour un contrat de construction dans le cadre de la première phase du Programme d’appui au plan de transformation de l’agriculture du Nigeria (ATASP-1), en République fédérale du Nigeria. En participant à un appel d’offres pour la construction d’infrastructures sociales dans l’État du Niger, au Nigeria, l’entreprise a fait de fausses déclarations concernant ses références pour des contrats similaires et présenté une fausse garantie de soumission.

Réputation. Pendant cette période d’exclusion, l’entreprise et son directeur général ne seront pas éligibles à l’adjudication de marchés financés par la BAD, d’après les explications. En vertu de l’Accord d’application mutuelle de décisions d’exclusion, cette sanction décidée par la BAD peut également être mise en vigueur par la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Groupe de la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement. Bref, les impacts pour l’entreprise ALG Global Concept et pour son DG seront énormes et mettront certainement leur performance à mal. Pour le Groupe de la BAD, l’intégrité doit impérativement être respectée par tous, lorsque l’on vise le développement. A noter que le programme ATASP-1 est financé par le FAD (Fonds africain de Développement). En ce qui concerne le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD, il s’agit d’un organe responsable de la prévention, de la dissuasion et des enquêtes sur la corruption, la fraude et d’autres pratiques passibles de sanctions dans les opérations financées par le Groupe de la BAD.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire