Madagascar – Japon : Une coopération gagnant-gagnant dans le secteur minier

L’Ambassadeur du Japon, SEM Ichiro Ogasawara, a effectué une visite de courtoisie auprès du ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra. (Photo : Yvon Ram)

La coopération entre Madagascar et le Japon sera renforcée surtout dans le domaine du secteur minier. Il s’agit notamment d’une coopération gagnant-gagnant. En effet, « des techniciens malgaches peuvent bénéficier des renforcements de capacité en matière de télédétection et des nouvelles technologies utilisées dans la prospection et la cartographie géologique, notamment en utilisant les images satellitaires au Japon et ce, via JOGMEC ou l’agence japonaise chargée spécifiquement de la coopération dans le secteur minier ». Le nouveau ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, l’a annoncé hier lors de sa première rencontre avec l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, SEM Ichiro Ogasawara, dans ses locaux à Ampandrianomby.

Premier fournisseur. En outre, les investissements japonais dans le secteur minier, notamment pour le cas du projet Ambatovy, ont été également évoqués par les deux parties. « Nombreux sont les investisseurs japonais qui s’y intéressent, mais il faut une stabilité du cadre juridique. La situation des infrastructures à Madagascar est entre temps insuffisante. Les promoteurs ont ainsi besoin d’augmenter le coût initial de leurs investissements», a soulevé l’Ambassadeur japonais. Et lui de rajouter que le pays du Soleil levant a partagé la même vision et les priorités dans le programme IEM accordées au secteur minier. « La coopération gagnant-gagnant permet de tirer des retombées économiques positives pour l’économie de Madagascar. Ambatovy fait rentrer ¼ des devises étrangères du pays grâce à l’exportation minière. Depuis 2015, la Grande île devient le premier fournisseur de nickel pour le Japon. Cependant, la situation du projet Ambatovy n’est pas favorable en raison de la baisse du cours de ce minerai sur le marché international. C’est pourquoi, j’ai souligné l’importance du soutien de l’Etat à ce projet », a-t-il enchaîné.

Plus de retombées. Le ministre de tutelle, pour sa part, reconnaît bien qu’il faut assurer la pérennisation de cette coopération bilatérale surtout dans le domaine minier. Et lors d’une passation de service entre lui et son prédécesseur Henry Rabary-Njaka, vendredi dernier, il a déclaré qu’il ne ménagera pas ses efforts afin que tous les projets d’exploitation des ressources stratégiques de Madagascar, aient plus de retombées économiques positives pour la population locale impactée directement, et partant, pour le pays. « Ces retombées économiques peuvent toucher aussi bien le plan financier que social y compris la création d’emplois. La transparence dans la gestion du secteur extractif, n’est pas en reste », a-t-il précisé. Par ailleurs, l’Ambassadeur du Japon a annoncé qu’un ministre délégué en charge de l’Economie, de l’Industrie et de l’Energie de son pays sera dans nos murs dans les jours qui viennent. En effet, les secteurs extractif et de l’énergie, intéressent particulièrement le pays du Soleil levant à Madagascar.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. zay ilay lalana oam fapandrosoana !! mankasitraka

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.