Exportations : Une compétitivité basée sur l’équilibre de la biodiversité

L’équilibre de la biodiversité repose sur en premier lieu sur la lutte contre la déforestation et les feux de brousse. (Photo d’archives)

Une plateforme de discussion et de réunion en ligne a été déjà mise en place par le collège Commerce au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina.

Les ressources forestières ne cessent de diminuer, et ce, à grande vitesse en raison des fortes pressions humaines. En conséquence, la biodiversité composée entre autres, des espèces faunistiques et floristiques, y compris les sources d’eau et la qualité de l’air, se dégrade de plus en plus. Pis encore, les produits de rentes destinés à l’exportation subissent les aléas du climat et n’atteignent plus la qualité exigée par le marché international. Face à cet état de fait, Faly Rasamimanana, directeur général de Faly Export, qui plus est, vice-président du collège Commerce au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina, a pris l’initiative de mener des actions visant à l’équilibre de la biodiversité. En effet, « cela garantit la compétitivité des produits d’exportations face à la tendance du marché international de plus en plus stricte notamment en matière de respect de l’environnement », a-t-il expliqué lors d’une entrevue avec la presse.

Augmenter le rendement. On entend par biodiversité l’expression des interactions des différentes formes de vie. Les plantes et les animaux s’interagissent avec l’eau, l’air et le sol, et surtout avec eux-mêmes pour produire cette harmonie de production et de qualité. La Biodiversité en équilibre offre ainsi une symbiose parfaite entre les arbres fruitiers et ses pollinisateurs. L’association des différents types de plantes améliore la qualité du sol. Ce qui permet ensuite d’augmenter le rendement en qualité et en quantité des produits. L’amélioration de la qualité des produits destinés à l’export, n’est pas de ce fait, agronomique mais surtout écologique. « La réconciliation de la sécurité sociale de la population avec une économie équitable et une intégrité de l’environnement, constitue un autre critère permettant d’améliorer la compétitivité de Madagascar », a-t-il poursuivi.

Inclusive et Interdépendante. Pour ce faire, la société Faly Export a pris l’initiative d’assurer une production raisonnée tout en se souciant de la préservation de l’équilibre de la biodiversité, dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), au niveau des sites de plantation de litchi dans les régions Atsinanana et Analanjirofo. Elle apporte un soutien permanent aux groupements de planteurs de litchi en assurant leur sécurité sanitaire et alimentaire tout en procédant à l’assainissement des lieux, et à la lutte contre la déforestation et des feux de brousse. « Mais il faut reconnaître que l’amélioration de la qualité par l’équilibre de la biodiversité est une tâche trop grande pour une seule entité, il nous faut une organisation, un système coordonné et conjoint entre les différents acteurs, tant au niveau des producteurs qu’au niveau des exportateurs. La question de qualité est inclusive et interdépendante. Ce qui implique toutes les filières de production et les différentes plateformes d’exportation. Il nous faut donc une logique organisationnelle subordonnée et raisonnable afin de pallier, voire même anticiper les circonstances entraînant la médiocrité et la faiblesse de notre compétitivité », a-t-il enchaîné.

Une plateforme de discussion. D’où, l’approche multidimensionnelle qui permet à tous les acteurs économiques de confronter les idées et de mutualiser les moyens pour contribuer à l’amélioration de la qualité. « En effet, l’union a plus de poids que d’opérer dans l’individualité sans pour autant parasiter les autres. Cette structure doit impliquer les experts, les opérateurs, les décideurs et les producteurs locaux puisque, c’est la seule manière de faciliter la conciliation entre l’exploitation et la conservation de la biodiversité. Les grandes entreprises à l’étranger pratiquent déjà cette logique organisationnelle depuis longtemps. Ce qui explique leur succès et leur forte compétitivité. Nous devons également adopter cette démarche pour éviter la perte de notre part de marché tout en étant plus compétitif », a fait savoir Faly Rasamimanana. Notons que la chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina est une institution de promotion des acteurs économiques. Elle initie déjà une organisation conjointe avec le Direction Régionale de l’Environnement et Développement Durable dans le cadre de l’élaboration de cette structure multidimensionnelle. Elle veut installer un forum de discussion et de réunion en ligne pour faciliter la capitalisation des informations et les idées dans le but concilier l’intérêt commun d’amélioration de la qualité et la conservation, et la restauration de l’Environnement. Cette plateforme de discussions impliquera tous les acteurs intéressés et les décideurs conviés. Cette initiative a été élaborée et discutée par le Collège au sein de la Chambre de Commerce de la Région Atsinanana.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.