Lutte contre le gaspillage alimentaire : 17 tonnes de nourritures sauvées et redistribuées en 2018

Jacaranda

Manzer Partazer Madagascar fait peau neuve et devient FoodWise. Né en 2015 à Maurice, ce projet a affiché un grand succès à Madagascar et a permis l’année dernière, de partager 70.000 repas à 2000 orphelins et d’éviter l’émission de 30t de CO2.

 Suite à son succès, le projet qui lutte contre le gaspillage alimentaire a un nouveau visage, mais le principe reste le même, selon ses promoteurs. En 2015, le projet Manzer Partazer initié par l’Allemande Julia Venn et l’Italien Davide Signa. Le but était de réduire le gaspillage alimentaire du secteur hôtelier et ses buffets abondants à travers la redistribution aux enfants vulnérables grâce à une chaîne de valeur à zéro frais. Ce concept innovateur, imaginé par les deux co-fondateurs, fut la première initiative dans ce domaine dans l’Océan Indien, et était reconnu à l’international. Fin 2015 la Commission de l’Océan Indien (COI) qui a subventionné le projet, a envoyé les co-fondateurs poursuivre le programme ISLANDS à Seychelles et Madagascar pour tester la faisabilité du projet dans les autres îles de la région. Après le succès du projet pilote, le projet a été implémenté à Madagascar en 2016 à travers l’association Zero Hero.  D’après Kulia Venn, l’implémentation était surtout possible grâce au partenariat logistique avec DHL Madagascar qui a soutenu le projet dès sa phase pilote.

Efficiente. Le projet n’engage aucun coût dans son processus de redistribution alimentaire, selon les explications. « La beauté du processus, en comparaison avec les banques alimentaires classiques coûteuses, qui existent dans beaucoup de pays développés, est uniquement l’utilisation et l’optimisation des ressources déjà existantes. Les produits sont collectés et placés dans un récipient réutilisable par les employés du Donateur alimentaire. Ensuite ils sont transportés par DHL, qui utilise ses itinéraires quotidiens et ses espaces vides dans ses véhicules, sans engager de coûts supplémentaires ni produire plus de dioxyde de carbone. Et au final, la nourriture est préparée par l’équipe du receveur dans leurs locaux (cuisine, etc.) pour la distribution finale aux enfants vulnérables. Aucun coût supplémentaire pour la collecte, le transport ou la préparation. Tout cela en respectant les normes d’hygiène alimentaire et en assurant un cadre légal, qui protège les donateurs alimentaires sur leurs dons effectués, grâce, entre autres, à notre partenaire Lexel juridique et fiscale à Madagascar », ont affirmé les promoteurs du projet.

Succès. Si l’on se réfère aux réalisations à Madagascar de 2018, le projet a sauvé plus de 17 tonnes de nourritures, partagé plus de 70 000 repas aux 15 centres orphelinats partenaires et ses 2000 orphelins, et évité l’émission de 33 tonnes de CO2 grâce à la redistribution alimentaire. Malgré cette grande réussite, les responsables du Projet ont décidé de faire un rebranding. Ce changement de marque est motivé par trois raisons, selon les explications. En 2018, les co-fondateurs ont décidé de se désassocier, car les visions pour le futur n’étaient plus les mêmes. Cela n’empêche que le principe de base du projet va continuer avec les deux co-fondateurs. « Davide va garder le nom et le logo de Manzer Partazer à l’île Maurice pour continuer les activités et aussi afin de se spécialiser plus vers la sensibilisation sur le sujet. Julia a enregistré la nouvelle entité FoodWise SARLU en Janvier 2019 à Madagascar à l’EDBM et va prendre en charge et assurer la continuité de toutes les activités du projet Manzer Partazer de l’association Zero Hero. L’objectif de FoodWise est de commencer par la lutte contre le gaspillage alimentaire, mais aussi de s’investir davantage vers un système alimentaire durable qui inclut la notion de la valorisation des déchets », ont indiqué les fondateurs. Ensuite, ces derniers ont noté qu’ils souhaitent se positionner comme une entreprise sociale, c’est-à-dire, de créer des sources de revenus pour nous autofinancer et par conséquent pérenniser notre mission sociale et environnementale. Et troisièmement, l’internationalisation est au programme, raison de ce rebranding avec un nom anglophone. Selon Julia Venn, FoodWise vise à élargir son champ d’action en agissant sur toute la chaîne alimentaire vers un système alimentaire durable, et à élargir son impact géographique grâce à la digitalisation permettant d’atteindre plusieurs pays.
Antsa R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.